"Tintin au Congo"… mais pas en France ?

  • A
  • A
"Tintin au Congo"… mais pas en France ?
Partagez sur :

Un Congolais vivant en Belgique s’apprête à engager une nouvelle procédure en France. Motif : le caractère "raciste" de l’album.

Bienvenu Mbutu Mondondo n’en démord pas. Ce comptable congolais qui vit en France a fait de l’interdiction de Tintin au Congo son cheval de bataille. En 2007, il avait porté plainte en Belgique. Mais l’affaire semble au point mort. Il a donc décidé d’engager un nouveau recours, en France cette fois, pour voir définitivement disparaître des rayons l’album, jugé "raciste", d’Hergé.

"Il n'est pas admissible que Tintin puisse crier sur des villageois qui sont forcés de travailler à la construction d'une voie de chemin de fer ou que son chien Milou les traite de paresseux", avait expliqué M. Mbutu Mondondo lors du dépôt de sa plainte en Belgique. A ses côtés dans cette nouvelle bagarre, deux avocats dont le très médiatique Me Gilbert Collard.

La controverse autour de Tintin au Congo, écrit en 1930, n’est pas nouvelle. En juillet 2007, après la plainte d’un client au Royaume-Uni, une commission officielle avait demandé aux librairies du pays de ne plus mettre en rayon l'album controversé ou au moins de le réserver à la section bande-dessinées pour adultes. Des décisions similaires ont été prises aux Etats-Unis.

"Juger le contenu d'une oeuvre ne vaut que si on la replace dans le contexte de l'époque où elle a été publiée", estime de son côté la société Moulinsart, qui exploite commercialement l'oeuvre d'Hergé mais qui n'est pas l'éditeur des albums. "Dès 1946, Hergé avait déjà revu Tintin au Congo à l'occasion de la mise en couleurs de l'album. Il y avait supprimé ou transformé les passages dénigrants pour les Congolais. En cela, il faisait oeuvre de pionnier dans le domaine des droits de l'homme et du respect des populations et civilisations du globe", ajoute même le groupe Moulinsart.