Thierry Mandon : "chaque étudiant aura son affectation"

  • A
  • A
Thierry Mandon : "chaque étudiant aura son affectation"
Thierry Mandon, le secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur et à la Recherche. @ AFP
Partagez sur :

Le secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur et à la recherche promet au micro d’Europe 1 que chaque étudiant aura son affectation à la rentrée alors qu’un peu plus de 7.000 nouveaux bacheliers n’avaient toujours pas de place en juillet.

La situation de Clara, bachelière avec mention, est pour le moins surprenante. Sur Europe 1 jeudi matin, cette jeune bachelière, titulaire d’un bac ES avec mention, racontait qu’elle n’avait pas reçu d’affectation dans un lycée parisien pour y étudier le droit. Clara n’est pas la seule dans ce cas, puisque un peu plus de 7.000 autres étudiants n’avaient toujours pas de place en juillet. Mais Thierry Mandon, le secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur et à la recherche, assure jeudi soir sur Europe 1 que "chaque étudiant aura son affectation" d’ici la rentrée.

Beaucoup de désistements l'été. "Depuis deux ans, c’est à peu près la même situation chaque été", explique le secrétaire d’Etat. Pour y remédier, il explique que la procédure APB (Admission Post Bac), qui permet aux lycéens d’inscrire leurs voeux pour la rentrée universitaire, a rouvert cet été et le restera jusqu’au 15 septembre. "Durant l’été, on le constate chaque année, il y a beaucoup de désistements dans les universités", ajoute Thierry Mandon. 

Les recteurs d’Académie mobilisés pour les étudiants sans affectation à la rentrée. Dans un deuxième temps, poursuit-il, "si des étudiants restent encore sans affectation, nous mobiliserons les recteurs d’Académie, pour chaque cas particulier, en liaison avec les présidents d’université". Le secrétaire d’Etat assure ainsi que si la procédure APB ne donne pas de résultat, une solution sera trouvée pour chaque dossier. Dans un message adressé à Clara, il affirme : "des affectation qui ont pu lui être refusées durant l’été peuvent lui être acceptées après".