Terrorisme : la faculté de Rouen fouillée, un fiché S en garde à vue

  • A
  • A
Terrorisme : la faculté de Rouen fouillée, un fiché S en garde à vue
L'homme "a été repéré en raison de son comportement suspect par un étudiant qui a prévenu la police".@ Capture d'écran Google Maps
0 partage

Un homme, fiché S, a été placé en garde à vue après avoir manifesté un "comportement suspect" dans la faculté de droit de Rouen. L'université a été évacuée mais la fouille n'a rien donné.

Un homme fiché S a été placé en garde à vue mercredi à Rouen après avoir manifesté "un comportement suspect" dans la faculté de droit, laquelle a subi une "fouille de sécurité", a-t-on indiqué à la préfecture.

La police prévenue par un étudiant. "Un homme qui n'est pas de l'Université a été repéré en raison de son comportement suspect par un étudiant qui a prévenu la police. Connu des services de police, fiché S, il a été appréhendé à son domicile et placé en garde à vue", a-t-on indiqué à la préfecture, confirmant des informations du quotidien Paris-Normandie. "Les services de police ont procédé mercredi en fin de journée à une fouille de sécurité qui n'a rien donné", a-t-on ajouté. "Dans une réaction citoyenne tout à fait intéressante, l'étudiant avait suivi l'individu et noté l'immatriculation de son véhicule avant de prévenir la police", a-t-on précisé.

Des policiers de la Brigade de recherche et d'intervention l'ont appréhendé à son domicile de Val-de-Reuil, dans l'Eure, au sud de Rouen et il a été placé en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire. Le parquet de Rouen, contacté par l'AFP, n'a pas souhaité faire de commentaires à ce stade. Avant la fouille de sécurité le doyen de l'Université avait prévenu les étudiants via Facebook que la faculté serait exceptionnellement fermée jeudi et ne ré-ouvrirait que lundi matin. La fouille n'ayant rien donné, il est possible que l'établissement universitaire rouvre ses portes dès jeudi.

Du matériel informatique saisi. Selon Paris Normandie citant une "source judiciaire", les policiers n'auraient pas retrouvé de "choses particulières" au domicile de l'individu interpellé mais du matériel informatique aurait été saisi.