Tentative d'attentat à la voiture piégée à Paris : une nouvelle suspecte arrêtée

  • A
  • A
Tentative d'attentat à la voiture piégée à Paris : une nouvelle suspecte arrêtée
La voiture contenant des bonbonnes de gaz était stationnée dans le Ve arrondissement de Paris.@ STR / CITIZENSIDE / AFP
Partagez sur :

Une femme de 23 ans a été arrêtée mardi dans les Yvelines dans le cadre de l'enquête sur l'attentat manqué à la voiture piégée à Paris début septembre.

Une nouvelle suspecte a été interpellée mardi dernier dans l'enquête sur la tentative d'attentat à la voiture piégée en septembre près de la cathédrale Notre-Dame de Paris, a appris Reuters vendredi de source judiciaire. Il s'agit d'une jeune Française de 23 ans, arrêtée à Mantes-la-Jolie dans les Yvelines, a-t-on précisé, confirmant une information de la chaîne LCI. Elle est soupçonnée d'avoir été souvent en contact par téléphone avec l'une des principales protagonistes du dossier, Inès M., une islamiste radicale de 19 ans. 

En contact étroit avec une des femmes du commando. De très nombreux appels ont en effet été répertoriées entre les deux femmes entre la découverte de la Peugeot 506 remplie de bonbonnes de gaz et l’arrestation mouvementée du commando féminin en banlieue parisienne cinq jours plus tard. Ines M., Sarah H., 23 ans, et Amel S., 39 ans, ont été arrêtées mi-septembre dans l'Essonne à la suite de la découverte de la voiture piégée appartenant au père de la première et bourrée de bonbonnes de gaz.

Une forte attirance pour Daech. La suspecte arrêtée cette semaine, de nationalité française et algérienne, est inconnue des services de renseignement français, selon LCI. L'étude de son téléphone et de son ordinateur ont toutefois permis d'établir une forte attirance pour la propagande de Daech. Elle apparaît notamment dans les abonnés de la chaîne Télégram du djihadiste français qui a téléguidé plusieurs attentats ou tentatives ces derniers mois depuis la zone irako-syrienne. En garde à vue, la jeune femme aurait indiqué aux enquêteurs être étrangère au projet terroriste. Le parquet de Paris a requis sa mise en examen et son placement en détention provisoire.