Télétravail : mieux vaut être père que mère

  • A
  • A
Télétravail : mieux vaut être père que mère
@ MAXPPP
Partagez sur :

CLICHÉS - Selon une étude américaine, on admire le père de famille qui demande à travailler chez lui. Mais on s'inquiète pour la mère. 

L'INFO. Les stéréotypes ont la vie dure. Les demandes de télétravail émanant des hommes sont mieux acceptées que celles des femmes. S'il est bien vu de demander un aménagement d'horaire quand on est papa, on ne peut pas en dire autant quand est maman. C'est la conclusion d'une étude menée par l'université Furman en Caroline du Sud.

La méthode. L'étude s'appuie sur un exercice de simulation impliquant 650 personnes âgées de 18 à 65 ans. Celles-ci ont pris connaissance de la retranscription de conversations entre un patron et son salarié qui demandait à faire du télétravail. Dans chaque cas, la personne interrogée devait dire si elle était favorable ou non à une telle demande.

Désengagement. Les demandes émanant des hommes ont été mieux acceptées que celles des femmes. Lorsque l'employé est un homme, 70 % des personnes répondraient positivement à sa demande contre 57 % pour les femmes. Pourquoi une telle différence ? L'étude démontre la persévérance de certains clichés. Le télétravail est beaucoup plus perçu comme un désengagement professionnel chez les mamans tandis qu'il est vu comme un accomplissement professionnel et personnel pour les papas.

Contre reconnaissance. Pour Christin L. Munsch, professeure en sociologie et auteur de l'étude, ces résultats traduisent une image stéréotypée de la famille, respectant un schéma sommaire : l'homme rapporte l'argent à la famille tandis que la femme s'occupe de la maison. "On considère aujourd'hui que le travail rémunéré et les tâches domestiques font partie des devoirs normaux des femmes, tandis que la première responsabilité de l'homme reste de nourrir sa famille. "Dès qu'il s'implique dans la garde d'enfant ou les tâches domestiques, on lui sera reconnaissant", analyse la chercheuse, dans des explications relatées par le Figaro Madame.