Sur les plages, les parents prennent parfois les secouristes pour des baby-sitters

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Gare à la noyade. A Marseille, les maîtres-nageurs tiennent à rappeler aux parents qu'ils doivent surveiller leurs enfants, quitte à moins "faire la crêpe".

"Nous ne sommes pas là pour garder les enfants des parents qui veulent bronzer". Le major Philippe Brunetti, chef de l'unité de sécurisation et de prévention du littoral à Marseille, tenait à faire cette mise au point, vendredi sur Europe 1. Il se dit en colère contre ces parents qui, durant l'été, entendent profiter au maximum des joies de la plage, quitte à la confondre avec une garderie.

"Un gamin peut se noyer dans 30 cm d'eau". "Les familles mettent la serviette, bronzent, et laissent des gamins de 4-5 ans sans surveillance", constate-t-il pour ce début de vacances. "Un gamin, jusqu'à cinq ans, s'il tombe dans 30 centimètres d'eau, peut se noyer, et n'a pas le réflexe de se relever quand il est à l'horizontal".

"On n'est pas là pour faire des pâtés". Il cite l'exemple d'une mère qui, il y a quelques jours, ne surveillait pas son enfant de deux ans. "Un maître-nageur lui fait une réflexion. Elle lui répond : 'vous êtes là pour ça'. Mais on est pas là pour faire des pâtés de sable avec les enfants", rappelle Philippe Brunetti.

"C'est toujours rassurant". Installées sur la plage du prophète, dans la Cité phocéenne, deux jeunes filles se disent pourtant rassurées par la présence des maîtres-nageurs sauveteurs : "Au moins, je sais que s'il arrive un truc dans l'eau, il y a quelqu'un. S'il arrive quelque chose, je sais que je ne suis pas seule. C'est toujours rassurant d'avoir une personne qui peut surveiller."

37 noyades. Au total, 170 sauveteurs sont postés sur les 15 plages de Marseille. Mais depuis le début de l'été, 37 noyades, heureusement sans décès, ont été comptabilisées. La moitié concernant des mineurs.