Suite aux attentats, la Croix-Rouge forme désormais à la pose d'un garrot

  • A
  • A
Suite aux attentats, la Croix-Rouge forme désormais à la pose d'un garrot
Environ 15% de la population française est formée aux premiers secours.@ AFP
Partagez sur :

Comme chaque été, la caravane de la Croix-Rouge informe et initie les vacanciers aux gestes des premiers secours, notamment la pose d'un garrot.

La Croix-Rouge française a lancé sa quinzième Caravane d'été, où elle prodigue des formations aux premiers secours pour les vacanciers, et a introduit cette année, en réaction aux attentats, une initiation aux "comportements qui sauvent", notamment la pose d'un garrot.

Apprentissage réintroduit depuis novembre 2015. "L'objectif est de former le grand public puisque ces situations d'urgence", type attentat, "se produisent là où il y a beaucoup de monde. Arrêter une hémorragie doit se faire dans les premières secondes et la personne la plus à même de l'arrêter est celle qui est là où cela se produit", indique Mickaël Salgado, président départemental de la Croix rouge en Gironde. L'apprentissage de la pose d'un garrot avait été supprimé voilà une dizaine d'années des programmes de formation de la Croix-Rouge "car ce n'était pas des cas que l'on rencontrait", explique-t-il, mais il a été réactivé suite aux attentats de novembre 2015 à Paris.

Lors de cette caravane d'été en neuf étapes partout en France, qui n'est en fait pas itinérante mais mise en place par les comités départementaux de la Croix-rouge, les vacanciers peuvent être initiés au massage cardiaque associé à la défibrillation automatisée, aux bonnes réactions en cas de catastrophe, ainsi qu'à la stabilisation des blessés pendant les minutes qui précèdent l'arrivée des services d'urgence. Depuis 1999, 47.000 personnes y ont été formées.

De plus en plus de demandes. Environ 15% de la population française est formée aux premiers secours mais les attentats de novembre 2015 ont fait croître de 40% les demandes de formation auprès de la Croix-Rouge. Selon l'expérience des formateurs, un vacancier désire cependant rarement consacrer plus d'une heure à une telle initiation, "l'objectif est donc de donner le minimum d'éléments en peu de temps", poursuit Mickaël Salgado, espérant également provoquer des envies de suivre la formation complète des gestes de premiers secours qui s'étale sur une journée. Et pourquoi pas susciter des vocations à devenir bénévole au sein des équipes de secours.