Stéphane Bern nommé par Macron : "Je ferai ça en plus de mon travail, bénévolement"

  • A
  • A
Stéphane Bern nommé par Macron : "Je ferai ça en plus de mon travail, bénévolement"
Emmanuel Macron et Stéphane Bern ont ouvert les Journées du Patrimoine ensemble samedi.@ LUDOVIC MARIN / POOL / AFP
Partagez sur :

Le président de la République a nommé samedi Stéphane Bern pour mener à bien une mission de repérage des monuments en péril, mission que l'intéressé a accepté avec plaisir.

L'Élysée a confirmé samedi la décision du président Emmanuel Macron de confier à l’animateur de France 2 Stéphane Bern une mission bénévole pour identifier des monuments du patrimoine local en péril, comme vous l'annonçait Europe 1 un peu plus tôt. Il s'agit de "recenser les chefs d'oeuvre en péril, comme cela avait été fait par un illustre prédécesseur au 19ème siècle, Prosper Mérimée, et de trouver de nouveaux moyens de financement, sans surcharger le budget de l'Etat", a commenté Stéphane Bern.

"Quand l'État vous le demande, vous le faîtes". "Je suis très heureux de pouvoir le faire. Je ne me dérobe pas, j'ai passé mon temps à défendre le patrimoine. Quand l'État vous le demande, vous le faîtes, c'est tout", a lancé l'animateur. "Je ferai cela en plus de mon travail, bénévolement, et s'il y a des réunions, je les ferai chez moi", a-t-il assuré. Stéphane Bern, qui connaît les Macron depuis plus de trois ans, avait fait partie des personnalités invitées par le candidat à la brasserie La Rotonde au soir de sa victoire du premier tour de la présidentielle.

Une reconnaissance. Emmanuel Macron, qui visitait samedi matin, à l'occasion des Journées européennes du Patrimoine, le château de Monte-Cristo, qu'Alexandre Dumas s'était fait construire en 1844 dans les Yvelines, a été interrogé sur cette nomination. A la question "pourquoi Stéphane Bern ?", a répondu : "Pourquoi pas ? Parce qu'il a cette passion, parce qu'il a montré dans ces dernières années son attachement au patrimoine culturel par ses émissions, et donné goût à cela à nombre de nos concitoyens". 

"C'est une bonne chose de reconnaître l'importance du travail qu'il a fait ces dernières années, en lui demandant de le continuer de manière officielle et en lui donnant une place dans le travail de l'État", a continué Emmanuel Macron. Stéphane Bern, qui accompagnait le président lors de cette visite, a expliqué qu'un premier rapport était prévu dans six mois.