Sites pornographiques : des pistes pour en éviter l'accès aux enfants

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Afin d'éviter que des enfants puissent tomber sur des sites pornographiques, le ministère des Familles va présenter plusieurs options aux fournisseurs d'accès et aux producteurs.

11 ans : c'est l'âge moyen de la première exposition des enfants à la pornographie. Une exposition qui peut affecter leur représentation de la sexualité et des rapports hommes-femmes. C'est pour cette raison qu'un volet sur l'accès aux sites pornographiques est inséré dans le plan de mobilisation et de lutte contre les violences faites aux enfants, lancé mercredi par le ministère des Familles. Pour limiter l'accès à ces sites, plusieurs pistes vont être discutées avec les fournisseurs d'accès et les producteurs de sites pornographiques.

Le contrôle parental d'office. L'installation d'office du contrôle parental sur tous les appareils (ordinateurs, tablettes, etc.) est envisagée. Des codes de déverrouillage seraient alors fournis au moment de l'achat. C'est l'inverse de ce qui se passe aujourd'hui, où c'est aux parents d'installer le contrôle parental s'ils le souhaitent, ce qu'ils ne font pas systématiquement. La mesure est aussi sécurisée que radicale et pourrait ne pas être bien acceptée par les professionnels.

Un code de carte bleue et une demande de confirmation sur portable. Un deuxième piste consisterait à demander un numéro de carte bleue pour accéder aux sites porno, même s'ils sont gratuits. Le détenteur de la carte, le plus souvent un des parents, recevra à ce moment là un code de confirmation sur son portable. Cette option a le mérite d'être à la fois plus complexe  pour les jeunes et plus acceptable pour les fournisseurs d'accès puisqu'elle existe déjà pour les sites de paris en ligne interdits aux mineurs.

Une obligation pour les vendeurs. Enfin, une dernière piste est proposée : celle de créer ce qu'on appelle une "obligation de conseil" aux vendeurs d'appareils numériques. Ils auraient alors l'obligation de demander à l'acheteur à qui est destiné l'appareil. Et en fonction de l'âge du destinataire, le professionnel aiderait les parents à installer le contrôle parental. C'est un principe qui existe déjà pour les jeux vidéo.