Siphon à chantilly : les grands distributeurs alertent sur les dangers

  • A
  • A
Siphon à chantilly : les grands distributeurs alertent sur les dangers
Certains siphons ne sont pas suffisamment résistants à la pression et explosent@ DR
Partagez sur :

Après l'incident qui a coûté la vie à une blogueuse en juin dernier, plusieurs grandes enseignes vont diffuser un "avis de sécurité" concernant la dangerosité de certains appareils.

"Ne plus utiliser les siphons à tête plastique", voilà l'alerte que vont diffuser les importateurs et distributeurs français de siphons à chantilly, rapporte le magazine 60 Millions de consommateurs mardi.

Des siphons défectueux. Carrefour, Auchan, Cora, Gifi et d'autres grandes enseignes ont décidé d'alerter sur les dangers d'utiliser un siphon à chantilly comportant une tête en plastique qui n'est pas suffisamment résistantes à la pression exercée par la cartouche de gaz. D'après le magazine, plusieurs dizaines de milliers d'appareils défectueux seraient en circulation (la liste des siphons est disponible). Les propriétaires de ces modèles peuvent contacter les fabricants pour les faire échanger.

alerte siphon crédit : 60 millions de consommateurs

Sur l'initiative de la Confédération générale des importateurs (CGI), une vingtaine d'enseignes se sont réunies le 7 juillet dernier pour décider d'émettre un "avis de sécurité. "Chaque distributeur reste libre de diffuser cette information sous la forme qu’il souhaite : affichage en magasin, publication dans les prospectus ou catalogues, envoi de mails ou de lettres recommandées aux détenteurs de carte de fidélité, etc", explique Jean-Marc Moinard, avocat de la CGI.

Plusieurs incidents similaires recensés. Certaines de ces enseignes, comme Cora ou Boulanger, ont d'ores et déjà décidé de ne plus commercialiser ces appareils. La polémique a pris de l'ampleur après le décès accidentel de la blogueuse fitness Rebecca Burger à cause d'un siphon qui lui avait percuté la poitrine. Depuis, 60 Millions de consommateurs assure voir recensé d'autres incidents avec des appareils de plusieurs marques différentes.

La suite confiée à la DGCCRF ? Pour éviter tout nouveau drame, la CGI et la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) souhaitent que la DGCCRF (la Direction générale de la concurrence et de la répression des fraudes) se saisisse du dossier. "Un message porté par l'administration serait d'autant plus entendu", martèle la directrice qualité de la FCD, Émilie Tafournel, citée par le magazine. "Les enseignes estiment qu'elles ont fait ce qu'elles pouvaient, mais elles ne peuvent pas faire plus." En juin dernier, la DGCCRF avait annoncé avoir déjà procédé au retrait de plus de 200.000 siphons défectueux.