Sevran: la piste criminelle "n'est pas privilégiée"

  • A
  • A
Sevran: la piste criminelle "n'est pas privilégiée"
Partagez sur :

Le parquet de Bobigny affirme que la piste "criminelle" n'était pas privilégié dans l'incendie, qui a fait cinq morts dans un HLM de Sevran.

"En l'état actuel des éléments versés au dossier, la piste criminelle n'est pas privilégiée mais nous ne l'excluons pas c'est pourquoi la brigade criminelle a été saisie", a déclaré le procureur adjoint de Bobigny Philibert Demory. "Nous attendons les résultats du laboratoire pour nous prononcer", a-t-il souligné.

L'identification des corps a permis de constater que les victimes, deux jeunes femmes, âgées de 27 ans et 18 ans, et trois enfants (11 ans, 3 ans, et un bébé de quelques mois) appartenaient à une même famille de Côte-d'Ivoire, qui squattait l'appartement.

Un homme s'est présenté aux enquêteurs lundi: il a dit être le compagnon de la victime de 27 ans avec qui il a eu les deux plus jeunes enfants décédés et être par ailleurs le frère de celles de 18 et 11 ans. Il n'était pas là lors de l'incendie, a-t-il déclaré.

Lundi, le feu a surpris les habitants dans leur sommeil vers 4h du matin. De la cage d'escalier, il s'est rapidement propagé au reste de l'immeuble avant d'être éteint vers 6h20. Vingt-neuf personnes ont été légèrement intoxiquées par la fumée et 15 d'entre elles évacuées vers l'hôpital Robert-Ballanger à Aulnay-sous-Bois.