Seniors : le 3977 pour dénoncer les maltraitances submergé

  • A
  • A
Seniors : le 3977 pour dénoncer les maltraitances submergé
Partagez sur :

Le 3977, destiné à dénoncer les maltraitances aux personnes âgées, croule sous les appels.

Depuis sa création en février 2008, il y a 15 mois, le 3977 a reçu plus de 63.000 appels, soit environ 170 appels par jour ouvré quand l'Afbah, l'association qui gère la plate-forme téléphonique, attendait seulement 10 à 15.000 appels par an.

Le centre téléphonique, hébergé dans les locaux de l'hôpital Paul Brousse de Villejuif (Val-de-Marne), a dû recruter trois salariés de plus et emploie aujourd'hui sept psychologues.

Comme dans la plupart des cas, la maltraitance est passive, davantage le fait de négligences que de volonté, explique Sandra Sapio, psychologue coordinatrice de l'association. "Les appels que l'on reçoit confirment aussi ce que l'on pensait, à savoir que la maltraitance est avant tout psychologique", poursuit-elle, comme le cas de cette femme de 56 ans, hémiplégique, qui se dit fréquemment "punie" par sa nièce, qui ne l'habillerait pas et l'empêcherait de regarder la télévision.

L'association s'attend à ce que le nombre d'appels augmente encore, notamment parce que la prise de conscience croît dans la population grâce à des campagnes de sensibilisation comme la Journée mondiale contre la maltraitance, dont la quatrième édition a lieu lundi.