Seine-Saint-Denis : une famille chinoise dévalisée à domicile par de faux policiers

  • A
  • A
Seine-Saint-Denis : une famille chinoise dévalisée à domicile par de faux policiers
Le père de famille agressé est un artisan modeste d'Aubervilliers. (Photo d'illustration)@ PATRICK KOVARIK / AFP
Partagez sur :

Une famille chinoise d'Aubervilliers a été séquestrée et dépouillée par de faux policiers à leur domicile.

De faux policiers se sont introduits lundi soir à La Courneuve, en Seine-Saint-Denis, au domicile d'une famille chinoise qu'ils ont séquestrée, avant de la dépouiller de 3.000 euros, a appris l'AFP mercredi de sources policières. Selon les premiers éléments de l'enquête, cinq personnes qui portaient des brassards de police ou des casquettes estampillées "police" se sont présentées lundi vers 21h45 à la porte du pavillon. Exhibant deux armes de poing, ils ont pénétré de force à l'intérieur et menotté le couple, âgé d'une cinquantaine d'années, tout en tenant en respect leur fille âgée de 18 ans. Ils se sont emparés de 3.000 euros en liquide, avant de prendre la fuite à bord d'une voiture. 

Le motif raciste a priori écarté. Le parquet de Bobigny a chargé la police judiciaire du département de l'enquête. À ce stade, "on ne peut pas affirmer que les victimes ont été prises pour cible parce qu'elles appartiennent à la communauté chinoise", a affirmé une source policière. "C'est plutôt parce qu'elles habitent un secteur pavillonnaire" qu'elles ont été ciblées. Cette source relève en outre que cette famille modeste, dont le père est artisan, n'a pas le profil de la victime chinoise "idéale", c'est-à-dire un commerçant travaillant à Aubervilliers, le nouveau Sentier, et susceptible, à ce titre, de transporter une grosse somme d'argent en liquide sur lui.

Des commerçants chinois déjà agressés. Début septembre, également en Seine-Saint-Denis, un commerçant chinois qui rentrait de son travail à Aubervilliers avait été agressé à son domicile de Bobigny par deux hommes qui l'avaient suivi jusqu'à chez lui. Le duo et leur complice avaient été mis en examen et écroués quelques jours plus tard. Le décès en août à Aubervilliers d'un couturier chinois à la suite d'une violente agression avait suscité une forte mobilisation de la communauté asiatique et révélé la fréquence des agressions, parfois motivées par des préjugés racistes, auxquelles font face les Asiatiques en Seine-Saint-Denis, département qui abrite la première plateforme d'import-export de textile d'Europe.