Sécurité routière : "Revoir le programme au sein des stages de récupération de points"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

PERMIS DE CONDUIRE - Pour Pierre Chasseray, délégué général de 40 millions d'automobilistes, les stages pour récupérer des points de permis de conduire sont utiles mais mal conçus.

INTERVIEW

Enseignement partiel, nombre d'animateurs insuffisant, dates annulées au dernier moment... Les stages de prévention à la sécurité routière, qui permettent depuis 1992 aux automobilistes de récupérer des points de permis de conduire, sont sous le feu des critiques. A tel point que le délégué interministériel à la sécurité routière souhaite augmenter le nombre de contrôles des établissements qui les dispensent.

"Faire le ménage". Pour Pierre Chasseray, délégué général de l'association 40 millions d'automobilistes, "il faudrait faire le ménage chez ces centres de stage qui font tout et n'importe quoi et se moquent des automobilistes". "Cela permettra de laisser la place à des gens qui font leur travail correctement", a t-il estimé vendredi au micro d'Europe 1. S'il ne remet pas en cause l'utilité même de ces séances de sensibilisation, que l'Etat délègue à des organismes privés, Pierre Chasseray estime en revanche qu'elles devraient être repensées. "Il faudrait revoir le programme au sein de ces stages", a t-il déclaré.

Une formation plus adaptée. Selon le délégué général de 40 millions d'automobilistes, les stages se concentrent trop souvent sur la question de la vitesse et des radars. "Une multitude de cas ne sont pas évoqués. Si votre problème est le téléphone au volant, pourquoi vous faire un stage sur les radars ?" Pierre Chasseray plaide donc une "une formation plus adaptée à chacun". Et souhaiterait également que l'emploi du stage soit "étendu". De fait, les conducteurs qui perdent l'intégralité de leurs points ne peuvent pas en suivre un, il leur faut obligatoirement repasser leur permis de conduire. "Ne serait-il pas préférable d'imaginer des stages en alternative à la sanction ?", s'est demandé Pierre Chasseray.