Schleicher, ex-Action directe, en semi-liberté

  • A
  • A
Schleicher, ex-Action directe, en semi-liberté
Partagez sur :

Régis Schleicher avait été condamné deux fois à la perpétuité pour sa participation à la fusillade de Trudaine en 1983, où 2 policiers avaient trouvé la mort.

Un régime de semi-liberté a été accordé jeudi par la cour d'appel de Paris à Régis Schleicher, 52 ans, ex-animateur de l'une des branches du mouvement armé d'extrême gauche Action directe. Cette mesure confirme la décision qui avait été prise en début d'année par le tribunal de l'application des peines.

Régis Schleicher, en prison depuis 25 ans, a été condamné deux fois à la réclusion à perpétuité, en 1987 pour sa participation au meurtre de deux policiers lors d'une fusillade avenue Trudaine à Paris (IXe arrondissement) en 1983, puis en 1988 pour des hold-up avec tentatives de meurtres de policiers. Une tentative d'évasion de la centrale de Moulins-Yzeure, dans l'Allier, en 2003 lui a également valu 5 ans d'emprisonnement en janvier 2006.

L'aménagement de peine, accordé à compter du 26 août, prévoit qu'il travaillera la semaine dans une association de Rillieux-le-Pape, dans le Rhône, spécialisée dans l'accueil des personnes âgées et qu'il passera ses nuits et week-ends en prison, à Lyon. L'arrêt de la chambre de l'application des peines précise qu'il sera en semi-liberté pour un an à partir de cette date, et bénéficiera ensuite d'une libération conditionnelle pour cinq ans, jusqu'en mai 2015.

Incarcéré à la centrale de Clairvaux dans l'Aube, il s'était vu octroyer cette année un régime de semi-liberté par le tribunal de l'application des peines, après plusieurs demandes d'aménagement de peine infructueuses. Mais le parquet avait fait appel du jugement, au motif que Régis Schleicher "n'aurait pas suffisamment évolué en détention" et qu'il présenterait un projet de semi-liberté "pas assez solide", selon l'un de ses avocats, Me Luc Brossollet.

Pour un autre de ses avocats, Jacques Vergès : "Il y a plusieurs années déjà qu'il aurait dû être remis en liberté".

Ecoutez-le jeudi au micro Europe 1 de Pierre de Cossette :

Régis Schleicher, arrêté en 1984, était considéré comme un pilier du troisième groupe d'Action directe, spécialisé dans les hold-up, les deux autres étant la branche "internationale" (avec Jean-Marc Rouillan, Georges Cipriani,Nathalie Ménigonet Joëlle Aubron) et la branche dite "lyonnaise" formée essentiellement d'André Olivier et Max Frérot.