Sanctions des chômeurs : Mailly sera "vigilant"

  • A
  • A
Sanctions des chômeurs : Mailly sera "vigilant"
Jean-Claude Mailly attend de voir si l'exécutif va s'emparer de la note préconisant un durcissement des contrôles et sanctions contre les demandeurs d'emploi.@ ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Partagez sur :

Le secrétaire général de Force ouvrière prévient que les dispositions envisagées pour faire "la police de l'emploi" ne sont pas acceptables.

Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière, a relativisé mercredi la portée d'une note préconisant de revoir les sanctions contre les chômeurs qui ne cherchent pas activement un emploi, mais a prévenu que les pistes qu'elle contient ne sont "pas acceptables". "Ce n'est pas encore une proposition du gouvernement", a estimé le leader syndical, interrogé par LCI. "Je ne sais pas ce qu'en pense réellement la ministre. Le président de la République, je ne sais pas s'il l'a lue dans le détail", a-t-il ajouté.

Le Canard enchaîné a révélé mercredi une note interne rédigée par le directeur de cabinet de la ministre du Travail Muriel Pénicaud, qui envisage un renforcement de certaines sanctions et l'obligation pour les chômeurs de remplir un "rapport d'activité mensuel", listant l'ensemble des démarches effectuées pour favoriser leur retour à l'emploi.

"Père fouettard". Jean-Claud Mailly prévient tout de même que son syndicat va "être très vigilant" à ce qu'on "ne stigmatise pas les chômeurs". Sur le fond, "s'il s'agit de passer les sanctions de 25% à 50% de réduction (des allocations) et d'obliger les demandeurs d'emploi à faire un rapport tous les mois, ça ne sera pas acceptable", a-t-il dit, estimant que cela risquerait, en outre, "d'encombrer les conseillers de Pôle emploi".

Selon lui, "il y a un côté Père Fouettard si on met des sanctions aussi lourdes sur les chômeurs". "Pôle emploi, ce n'est pas la police de l'emploi. Le rôle de Pôle emploi, c'est à la fois d'indemniser et d'assurer au mieux un accompagnement, une formation et un placement pour les demandeurs d'emploi", affirme-t-il.