Salmonelle : "mesures correctives" exigées avant la reprise de la production chez Lactalis

  • A
  • A
Salmonelle : "mesures correctives" exigées avant la reprise de la production chez Lactalis
L'usine Lactalis de Mayenne est à l'arrêt depuis la découverte de salmonelles.@ DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :

Lactalis est contraint de mettre en place un plan de correction dans son usine de Mayenne après avoir détecté la présence de salmonelles dans des laits infantiles.

L'usine de Lactalis produisant des laits infantiles dont des lots ont été retirés de la vente dimanche en raison d'un risque de contamination par des salmonelles, ne pourra reprendre sa production sans "mesures correctives", a indiqué le directeur général de la Santé. Alors que Lactalis avait déjà rappelé douze références de laits infantiles fabriqués dans son usine de Craon, en Mayenne, le 2 décembre, le ministère de l'Économie et des Finances a publié dimanche une liste de plus de 600 lots qui sont rappelés, interdits à la consommation et à l'exportation.

Un plan de correction. "Il y a un arrêté préfectoral qui fait qu'ils ne peuvent plus redémarrer sans avoir mis en place les mesures correctives qui s'imposent", a expliqué le directeur général de la Santé Benoit Vallet, précisant que cet arrêt concernait uniquement la production de lait maternisé, en particulier la partie de "séchage" où les prélèvements positifs avaient été réalisés. "Il faut que l'entreprise fasse un plan de correction de sa production pour être capable de rouvrir sa production de laits en poudre", a-t-il ajouté. La préfecture de la Mayenne a précisé que le groupe Lactalis avait arrêté la production dès vendredi, devançant l'arrêté préfectoral publié samedi. 

Mesures de nettoyage. Le groupe Lactalis a de son côté indiqué avoir, "en accord avec les autorités", "immédiatement pris la décision de procéder à la mise en place d'un arrêt technique de nos installations afin d'y engager des mesures de nettoyage et de désinfection additionnelles et renforcées". Benoit Vallet a d'autre part indiqué qu'en août et en novembre, des "prélèvement internes à Lactalis" s'étaient révélés positifs aux salmonelles sur le site de production de Craon, et non sur des produits, et que le groupe avait mis en place "des corrections".