Saint-Étienne-du-Rouvray : Macron assistera à l'hommage au père Hamel mercredi

  • A
  • A
Saint-Étienne-du-Rouvray : Macron assistera à l'hommage au père Hamel mercredi
Le chef de l'État assistera à la cérémonie d'hommage au père Jacques Hamel, un an après l'assassinat du prêtre par deux djihadistes.@ AFP
Partagez sur :

Le chef de l'État assistera à la cérémonie d'hommage au père Jacques Hamel, un an après l'assassinat de ce prêtre par deux djihadistes.

Emmanuel Macron se rendra mercredi à Saint-Étienne-du-Rouvray, en Seine-Maritime, pour assister à la cérémonie d'hommage au père Jacques Hamel, un an après l'assassinat de ce prêtre par deux djihadistes, a appris Reuters lundi dans l'entourage du chef de l'État. Le conseil des ministres, qui se tient habituellement le mercredi, est reporté à vendredi, précise Reuters.

Le chef de l'État assistera à la messe célébrée à partir de 9h par l'archevêque de Rouen, Mgr Dominique Lebrun, dans l'église martyre du 18e siècle. Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb sera également présent lors de cette cérémonie, de même qu'Anouar Kbibech, président du Conseil français du culte musulman (CFCM).

Deux hommes écroués. Le 26 juillet 2016, le père Hamel, prêtre auxiliaire de 85 ans, avait été égorgé dans cette commune de la banlieue de Rouen alors qu'il célébrait une messe matinale pour cinq fidèles, trois religieuses et un couple d'octogénaires. Les assassins, qui se réclamaient du groupe État islamique, Adel K.et Abdel Malik P., 19 ans, tous deux fichés S, ont été abattus par les forces de l'ordre à leur sortie de l'église. Deux hommes ont été écroués dans cette affaire: un cousin d'Abdel Malik P., âgé de 31 ans, dont les enquêteurs ont la conviction qu'il connaissait son projet, et un homme de 22 ans, originaire de la banlieue toulousaine, qui a rejoint les deux terroristes  à Saint-Étienne-du-Rouvray, mais les a quittés sans participer à l'attaque.

Deux jours après cet assassinat, près de 3.500 personnes avaient rendu hommage au père Hamel dans la commune. Des centaines de musulmans étaient aussi allés prier dans les églises de France aux côtés des catholiques en signe de "solidarité".