Rouen : intoxication alimentaire pour 300 jeunes enfants

  • A
  • A
Rouen : intoxication alimentaire pour 300 jeunes enfants
Pris de vomissements, les enfants d'une cinquantaine d'établissements scolaires de la ville, avaient mangé la nourriture provenant d'une même cantine centrale.@ AFP
Partagez sur :

Pris de vomissements, les enfants d'une cinquantaine d'établissements scolaires de la ville avaient mangé la nourriture provenant d'une même cantine centrale.

Plus de 300 jeunes enfants pris de vomissements dans une cinquantaine d'établissements scolaires de Rouen, après avoir mangé de la nourriture provenant d'une même cantine centrale, ont été soignés sur place ou à l'hôpital, sans qu'il y ait d'inquiétudes pour leur santé, a indiqué jeudi soir la préfecture. "Les enfants ont été pris en charge par une centaine de personnels soignants, médecins, infirmières, pompiers dans 41 écoles et 6 crèches", a indiqué Jean-Marc Magda, directeur de cabinet de la préfète de Normandie et de Seine-Maritime.

25 enfants aux urgences. Dans l'après-midi, les enfants, âgés de 3 à 12 ans, ont été pris de vomissements, d'autres se plaignant seulement de nausées. "Vingt-cinq enfants ont été envoyés aux urgences. Puis, quand il a été constaté qu'un grand nombre étaient concernés, les soignants sont venus sur place" dans les établissements, a indiqué jean-Marc Magda. La préfète Fabienne Bucio a décidé l'ouverture du centre opérationnel départemental, permettant une opération sanitaire de grande envergure, à laquelle se sont joints des agents de la ville de Rouen. Aucun cas très préoccupant n'a été signalé, selon la préfecture.

Des recherches en cours. Des recherches vont être entreprises pour déterminer la cause de cette apparente intoxication. "Les enfants sont pris en charge et soignés, viendra ensuite le temps de l'enquête", a indiqué Jean-Marc Magda. Les différents plats servis dans ces établissements provenaient tous d'une même cantine centrale située à Bois-Guillaume, dans le nord de Rouen. "À ce stade on peut tout imaginer : cuisson insuffisante, mauvaises manipulations, règles d'hygiène non respectées, etc ", a estimé le directeur de cabinet. Aucun aliment particulier n'est pour le moment suspecté.