Résultats scolaires, comportement : faut-il faire le bilan de l’année avec vos enfants pendant les vacances ?

  • A
  • A
Résultats scolaires, comportement : faut-il faire le bilan de l’année avec vos enfants pendant les vacances ?
Si les premiers jours peuvent servir à faire le bilan de l'année, l'enfant a besoin de lâcher prise le restant des vacances.@ jill111/ Pixabay / Europe 1
Partagez sur :

La totalité des élèves français est désormais en vacances. Avant d’entrer pleinement dans les congés d’été, comment tirer les leçons de l’année écoulée ?

L’année scolaire s’est officiellement terminée samedi dernier, les oraux du bac sont terminés et les résultats du brevet sont désormais connus. En d’autres  termes, la totalité des élèves français est désormais en grande vacance ! Alors, comment tirer le bilan de cette année scolaire écoulée avec votre enfant ? Nous avons posé la question à Hélène Romano, pédopsychiatre, auteure d’un Abécédaire de la survie en milieu scolaire et directrice de l’ouvrage collectif Pour une école du bien-être.

Faut-il faire le bilan de l’année scolaire pendant les vacances ?

Cela peut être une bonne chose si c’est fait rapidement : pas plus d’une semaine après la fin des cours ou des examens, par exemple, lorsque les enfants ont encore les événements de leur année en tête. Si c’est trop tard, il risque d’y être moins sensible et cela peut gâcher ses vacances. Aussi, le faire rapidement permet éventuellement de réfléchir à des actions pour l’avenir : changer d’école s’il y était harcelé, s’organiser pour avoir du soutien scolaire à la rentrée s’il en a besoin, l’inscrire à une activité collective pendant les vacances s’il se sent seul etc.

Mais la solution doit se trouver entre les parents et les enfants. Il est important de considérer l’enfant, de prendre en compte son avis. Vous pouvez d’abord lui demander comment il a vécu son année, quelle perception il a de ses résultats scolaires, par exemple. Cela permet parfois de se rendre compte qu’il a fait beaucoup d’efforts sur quelque chose et que l’on ne s’en est pas aperçu. Cela permet aussi de connaître ses attentes vis-à-vis de vous (‘tu ne fais que m’engueuler, tu n’es jamais là quand j’ai des questions’…). Cela l’aide aussi à se responsabiliser, à être auteur de sa vie, à ne pas être passif.

Vous pouvez enfin évoquer un aspect plus relationnel. Cela mettra peut-être en lumière des difficultés qu’il a vécues et dont il n’osait pas vous parler. Vous pouvez même commencer dès la maternelle, en lui demandant ce qu’il a aimé (la maitresse, la cantine…) et ce qu’il a moins aimé (un camarade qui lui a mal parlé, voire fait mal…). Il vous parlera peut-être plus facilement de ses difficultés si vous lui demandez son avis. Et ensuite vous pouvez donner le vôtre.

Justement, que dire ? Par quoi commencer ?

L’important est de ne pas retenir que le négatif. C’est souvent ce que les parents ont tendance à faire. Or, il est important que votre enfant se sente valorisé, qu’il est une bonne estime de lui-même. Donc vous pouvez lui dire, ‘tu sais, cette année, j’ai été content que tu apprennes à faire ça, que tu ais progressé dans telle chose, que tu es changé ton comportement sur tel aspect’ etc. On peut lui parler des notes, de son attitude en classe, mais aussi de ce qu’il a pu faire à côté, s’il vous a aidé à repeindre sa chambre, s’il a brillé dans une activité périscolaire etc.

Il ne faut pas passer toutes ses vacances à faire le bilan !

Attention, il ne s’agit pas d’être dans le déni : vous pouvez enchaîner ensuite par ce que vous avez moins aimé. Ce sera alors l’occasion de lui dire ce qu’il risque, par exemple de perdre le contrôle de sa vie ou de ne pas faire le métier qu’il souhaite s’il n’a pas de bons résultats scolaires, par exemple. Mais c’est important qu’il sente que vous avez confiance en lui, pour qu’il puisse se sentir encouragé. Parfois, l’année scolaire a été vraiment difficile et ce n’est pas facile de trouver du positif. Mais il y a toujours quelque chose sur lequel s’appuyer pour construire quelque chose.

Pour les solutions, là encore, c’est intéressant de commencer par prendre en compte son avis : ‘comment comptes-tu faire pour te lever et aller en cours à l’heure l’an prochain, pour améliorer tes résultats’ etc. C’est une marque de confiance et les enfants, surtout à l’adolescence, en manquent souvent. Et ensuite, dites ce que vous en pensez. Encore une fois, la solution se construit à trois.

L’enfant n’a-t-il pas, lui aussi, besoin de faire une pause durant les vacances ? Jusqu’au faut-il pousser le bilan ?

Faire le bilan de l’année au tout début des vacances est important, cela évite d’être dans le déni. Mais il ne faut pas passer toutes ses vacances à faire le bilan ! Il s’agit de le faire une bonne fois pour toute, puis de passer ensuite aux vacances. L’enfant aussi a besoin de lâcher prise.

Les vacances peuvent alors être l’occasion de le responsabiliser et de le valoriser sur autre chose que l’école : une activité collective, du bricolage avec les grands parents, un coup de main dans les travaux de la maison, chercher le pain à la boulangerie… Mais cela doit aussi être un temps pour le laisser rêver, pour flâner, ne rien faire, goûter au simple plaisir de vivre. Le risque, sinon, est d’en faire de grands anxieux, qui n’arrivent pas à rester deux minutes sans rien faire ni réfléchir.


Nos conseils à retenir 

- Un bilan peut être judicieux s'il est fait très rapidement, maximum une semaine après la fin des cours

- Commencez par demander à votre enfant/ado comment il a vécu son année, d'un point de vue scolaire mais aussi les "à côté"

- Ne retenez pas que le négatif, pointez aussi ce que vous avez aimé sur son année

- Les vacances ne doivent pas se transformer en bilan permanent ! Les enfants aussi ont besoin de lâcher prise

- L'enfant a besoin de se sentir en confiance, valorisé. Pourquoi ne pas lui confier quelques "missions" pendant les vacances ?