Réouverture du Lutetia : "Une redécouverte de l'esprit du lieu tel qu'il avait été conçu en 1910"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Sur Europe 1, le directeur général de l'hôtel, Jean-Luc Cousty, évoque la réouverture du mythique hôtel parisien, après plusieurs années de travaux.

INTERVIEW

À 10 heures jeudi, c'est un pan de l'histoire de l'hôtellerie française qui va rouvrir ses portes. Après quatre ans de travaux, le Lutetia est de nouveau prêt à accueillir les clients et les Parisiens dans son antre. Dans Europe matin, Jean-Luc Cousty, directeur général de l'établissement, revient sur cet événement.

Un reflet de l'histoire. Comme le résume Jean-Luc Cousty, lors de sa conception en 1910, "l'idée était de pouvoir créer, sur la rive gauche, (...) un lieu d’accueil pour tous les clients qui venaient au Bon Marché". Alors que les grands hôtels parisiens sont sur la rive droite de la capitale française, le Lutetia fait en effet figure d'exception.

L'hôtel est également un lieu profondément lié à l'histoire. "Il est le reflet de ce qui se passait en France, à l'international et en Europe", souligne encore le directeur général de l'établissement. Le Lutetia a notamment abrité les services de renseignements allemands pendant l'occupation, puis, à la Libération, tous les réfugiés des camps de concentration. "Cela a marqué, d'une manière assez indélébile, le lien que peuvent avoir les Parisiens, les étrangers, avec ce lieu", indique le directeur général de l'établissement.

Devenir un palace. Ce lien, la compagnie qui gère l'hôtel a tenu à le garder. "Les Parisiens et les clients, qui vont franchir les portes, vont pouvoir redécouvrir plein d'éléments qui re-projettent l'établissement dans son histoire et son passé", explique Jean-Luc Cousty. Il promet ainsi "une redécouverte de l'esprit du lieu tel qu'il avait été conçu en 1910". Par ailleurs, Le Lutetia espère rentrer prochainement dans le club très fermé des palaces. "Une classification qui permet d'avoir une très bonne visibilité à l'internationale."