Relaxe des nationalistes jugés pour l’incendie de l’Assemblée de Corse

  • A
  • A
Relaxe des nationalistes jugés pour l’incendie de l’Assemblée de Corse
Partagez sur :

La décision de la cour d’appel de Bastia mercredi est conforme au jugement rendu en première instance.

Comme en première instance, Félix Benedetti, Anthony Bozzi, Michel Terrachon et Maxime Susini ont été relaxés mercredi par la cour d’appel de Bastia. Ces quatre nationalistes étaient soupçonnés d’avoir incendié l’Assemblée de Corse. L'avocat général avait requis 2 ans de prison ferme contre trois d'entre eux et la relaxe seulement pour Michel Terrachon.

Le 12 janvier 2008, à l'issue d'une manifestation nationaliste contre la "répression" et du "fichage ADN" des militants, les bureaux du président de l'exécutif de la collectivité territoriale avaient été vandalisés par un commando de cinq ou six hommes au total. Les prévenus ont toujours nié les faits et ont refusé de prendre la parole à l'audience.

C’est le parquet qui avait fait appel de la première décision prise par le tribunal correctionnel d'Ajaccio.

Après l'incendie, la ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, avait déclaré que la police avait "tout ce qu'il faut pour identifier très précisément ceux qui se sont livrés à des dégradations à l'Assemblée de Corse". Au final, seuls trois jeunes gens ont été directement condamnés dans cette affaire : Alexandre, 19 ans, et Maxime, 18 ans, ont été condamnés à un mois de prison ferme pour les dégradations et les vols commis à l'Assemblée de Corse. Un troisième prévenu, Loïc, 21 ans, a été condamné à deux mois fermes en raison de ses antécédents judiciaires.