Recherches immobilières : les petites annonces et les réseaux sociaux décryptés

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Trouver un logement tient parfois du parcours du combattant. Pour rendre la recherche plus simple, Europe 1 a compilé quelques astuces.

A la lecture d'annonces immobilières, un potentiel locataire peut être tenté et aussi vite déçu par un bien qui ne correspondrait pas à ce qu'il imaginait. Europe 1 propose quelques astuces pour trouver le bien qui convient.

>> Petites annonces : questions de vocabulaire

  • "Appartement de charme". Attention prudence, l'expression ne renvoie pas nécessairement au trio parquet-moulures-cheminée. Il peut s'agir d'une façon aimable de qualifier un appartement vétuste, ou du moins où des travaux sont à faire. Ce n'est pas rédhibitoire mais avant de se déplacer, autant se demander si on a l'âme d'un bricoleur. L'état de l'appartement peut aussi être un argument à mettre en jeu pour négocier le prix du loyer ou du bien lui-même en cas d'achat.

  • "Appartement intime". Le mot intime peut vouloir dire qu'il s'agit d'une très petite surface. Un conseil avant de se déplacer : demander le nombre de mètres carrés.

  • "Petite salle d'eau". Dans le cas d'une studette par exemple, ne pas hésiter là non plus à se faire préciser de quoi il s'agit, pour notamment savoir si les sanitaires se situent dans le studio ou s'ils sont sur le palier.

  • "Proche de". Une fois encore, cette mention est très floue. Quelques précisions sont les bienvenues. En cas de proximité de commerces ou de transports, ne pas hésiter à demander une estimation du temps de trajet, en se faisant préciser si c'est à pied ou en voiture.

  • "Références sérieuses demandées". Dans cette situation, un éclaircissement s'impose également pour savoir ce que le propriétaire ou à l'agent immobilier attend : des garants, un niveau de salaire, un type de contrat, etc.

Toutes ces mentions doivent être d'autant plus explicitées si elles émanent de particuliers, peut-être moins au fait des réglementations que des professionnels. Bernard Cadeau, expert Orpi, conseille par ailleurs de "géolocaliser les biens" et d'évaluer leur potentiel avec des photos. Là encore, gardez un œil critique au cas où les clichés ne seraient pas suffisamment représentatifs ou présenteraient le bien sous son meilleur jour, ce qui pourrait être facteur de déception à la visite. En tant que professionnels, "nous n'avons aucun intérêt à masquer des situations et à multiplier des visites qui feraient perdre du temps à tout le monde", ajoute l'expert.

>> Trouver des colocations

Le meilleur moyen de trouver un bien à partager peut tout simplement être de participer à des soirées dédiées. Il en existe désormais dans toutes les villes de France. Les adresses se trouvent notamment sur les réseaux sociaux, Facebook en tête. Il peut être assez utile aussi de s'inscrire sur des groupes comme "Colocation Bordeaux", "Colocation Paris", "Colocations entre particuliers", etc.

>> Logements intergénérationnels

Cette option de logement n'est pas encore un réflexe mais se développe. Les sites age-et-vivre.org, roomlala.com ou mapiaule.com entre autres sont des viviers pour trouver une chambre à louer chez l'habitant. Les tarifs peuvent avoir l'avantage d'être plus bas, voire gratuits avec parfois un échange de services comme faire les courses, cuisiner.