Raymond Domenech agite le net

  • A
  • A
Raymond Domenech agite le net
Partagez sur :

Revue de web autour du sélectionneur de l'équipe de France, qui inspire toujours autant les blogueurs.

L’agitation qui gagne le web aujourd’hui n’a pas grand-chose à voir avec la tempête qui s’était abattue sur Raymond Domenech après le calamiteux Euro austro-suisse en 2008, qui s’était achevé sur l’inoubliable demande en mariage faite à Estelle. Le chansonnier Daniel Trezeguet n'a pas refait parler de lui ces derniers temps, mais le sélectionneur tricolore reste un sujet en or pour les blogueurs, que le malheureux match nul (1-1) concédé face à la Roumanie, samedi au Stade de France, a inspirés.

Internet nous permet de découvrir ce que l’on n’avait pas vu à la télévision : la présentation de l’équipe de France par le speaker du stade de France. Ces images résument à elles seules le désamour des supporters envers le sélectionneur tricolore :

Après le résultat nul, qui condamne presque l'équipe de France à passer par les barrages pour obtenir son billet pour l'Afrique du sud, certains s’agacent des choix du sélectionneur, notamment le chroniqueur sportif du Monde.fr, dans un article intitulé "Domenech, ou le tragique de répétition" : "Ça va passer pour de l'acharnement. Et puis devenir lassant, pour tout le monde. Mais peut-on vraiment fermer les yeux sur le coaching désastreux de Raymond Domenech ? On a coutume de dire que ce sont les joueurs qui font le match. Samedi, Raymond Domenech l'a défait."

D’autres préférent prendre la chose avec ironie, comme "footlog", pour qui en passant tout près de la victoire face à la Roumanie, la France a évité de peu la catastrophe. Footlog remerciait ainsi Julien Escudé - l’auteur du but contre son camp -, qui "s'est dévoué" pour préserver l’objectif secret de Domenech : "réussir à ne pas qualifier, dans un groupe composé de la Serbie, de la Lituanie, de l'Autriche, de la Roumanie, et des Iles Féroé, une équipe composée de joueurs que s'arrachent à prix d'or les meilleurs clubs du monde. "Footix" en rajoute une couche : "Comment foutre en l’air l’une des générations dorées, aux joueurs que tout le monde s’arrache ? Demandez à Raymond, il connaît la réponse."

Thomas Vidberg, dans son blog l'Actu en patates, s'interroget : "Pourquoi l'équipe de France joue-t-elle aussi mal ?"


Vidberg1_640

Certains réclament donc la tête de l’entraîneur des Bleus. Fabien T., auteur du blog Renard des surfaces, lance ainsi une chasse à l'homme contre Raymond Domenech, a.k.a "Le Fossoyeur", activement recherché pour " ironie déplacée devant l'inquiétude du peuple français" et "fronde idéologique en soutenant mordicus qu'il faut absolument aligner 2 milieux défensifs". Le sélectionneur bénéficie toutefois d’une circonstance atténuante : "Il contribue au combat contre la pandémie de grippe A en proposant un jeu soporifique ayant pour corollaire une désertification des stades en Europe partout où ont joué les Bleus."


wanted640

Les Dessous du sport livrent cinq bonnes raisons de garder Domenech - "personne n'a envie de payer des indemnités de licenciement à Raymond. Autant attendre qu'il démissionne, après l'élimination des Bleus" – et cinq bonnes raisons de limoger un entraîneur qui "ne revient pas sur ses choix et préfère mourir avec ses idées".

"Footu" propose un intéressant parallèleentre les difficultés actuelles de l'équipe de France et celles rencontrées lors des qualifications au Mondial 1974. A l’époque, l’arrière-droit des Bleus s’appelait… Raymond Domenech, et la France n’avait pas été de la Coupe du monde en République fédérale d’Allemagne. Pour éviter une telle déroute, la victoire face à la Serbie est impérative mercredi soir, et electronlibre croît savoir comment y parvenir...

Enfin, ce supporter assure tout de même que Raymond Domenech était un bon entraîneur, certes, mais pas forcément un bon entraîneur de football :

> Raymond Domenech agite le net, seconde partie