Queen Mary 2 : prison avec sursis pour quatre salariés

  • A
  • A
Queen Mary 2 : prison avec sursis pour quatre salariés
Partagez sur :

Les chantiers de l'Atlantique et son sous-traitant Endel devront payer une amende de 225.000 euros chacun.

Quatre salariés des Chantiers de l'Atlantique et de Endel ont été condamnés jeudi par la cour d’appel de Rennes à des peines de 18 à 24 mois de prison avec sursis. Ils comparaissaient pour "homicides et blessures involontaires" dans l'affaire de l'effondrement de la passerelle du Queen Mary 2, qui avait tué 16 personnes et en avait blessé 29 en 2003.

Les Chantiers de l'Atlantique et Endel devront s’acquitter d’une amende de 225.000 euros chacun. La Cour d'appel a donc partiellement suivi les réquisitions de l'avocat général, qui avait réclamé de telles amendes et des peines de prison avec sursis d'un an à 30 mois contre sept des huit prévenus.

En première instance, en 2007, la relaxe avait été prononcée pour les les huit salariés poursuivis dans cette affaire. Les Chantiers de l'Atlantique, où était construit le paquebot, et son sous-traitant Endel, le fabricant de la passerelle, s'étaient vu infliger une amende de 177.500 euros chacune.

Le procès en appel, débuté en 23 mars dernier, avait duré deux semaines et donné, selon le président de l'association des victimes Yves Violette, "plus de moyens pour juger au plus près de la vérité que cela n'avait été le cas" en correctionnelle. Après le verdict, il s'est dit "soulagé" : "imaginez la réaction des victimes si on avait entendu la même chose" qu'en première instance, "c'est à dire il y a des fautes, mais il n'y a pas de responsables".

Maître Dalmasso, avocat de Endel et de l'un des salariés condamnés, a regretté les condamnations infligées aux personnes physiques : "ces catastrophes sont créées par des environnements à risques, et seules les collectivités, les personnes morales doivent en répondre. Les personnes physiques n'ont rien à voir dans ces matières."

C'est lors d'une journée portes ouvertes organisée pour les habitants de Saint-Nazaire que la passerelle reliant le quai au paquebot s'était effondrée en novembre 2003. Seize personnes avaient été tuées, et vingt-neuf autres blessées.