Pédophilie : l'ex-compagne d'un prof condamné avait prévenu

  • A
  • A
Pédophilie : l'ex-compagne d'un prof condamné avait prévenu
Partagez sur :

TÉMOIGNAGE - Le rectorat de Rennes affirme n'avoir été averti que récemment de la condamnation en 2006 du prof d'EPS.

"On m'a répondu que la condamnation ne comprenait pas d'interdiction de côtoyer des enfants". Au micro d'Europe1 mercredi, l'ex-compagne du professeur d'EPS de Rennes condamné en 2006 pour détention d'images pédopornographiques a affirmé avoir averti dès 2006 le ministère de l'Education nationale de la condamnation de son mari. En vain.

"Aberrant". L'homme qui, par ailleurs, fait également "l'objet d'une mise en examen, actuellement en cours, pour agression sexuelle sur mineur de 15 ans, dans un contexte familial" n'a été suspendu que le 31 mars dernier par l'Académie de Rennes. Le Rectorat avait alors assuré n'avoir été mis au courant que récemment de ces affaires. Faux, selon la compagne du professeur révoqué qui affirme donc avoir alerté plusieurs fois les autorités : "lorsque sa condamnation est tombée, j'ai appelé le syndicat des enseignants et j'ai dit à la personne responsable des dossiers juridiques que j'étais étonnée que la justice ne fasse pas le nécessaire pour qu'il n'enseigne plus et qu'il n'y avait pas de suivi", a-t-elle expliqué à Europe1. Réponse du syndicat ? "On m'a dit que sa condamnation n'était pas assortie d'une interdiction de côtoyer des enfants et que donc il n'y avait aucune raison qu'il n'enseigne pas", a précisé la jeune femme.

"J'ai trouvé cela aberrant mais j'ai eu la même réponse de la part d'une secrétaire au ministère de l'Education nationale", a-t-elle déploré.

Une enquête en cours. Une enquête administrative est en cours sur cette affaire mais il est peu probable que l'on retrouve une trace du témoignage de la mère qui affirme avoir simplement eu une standardiste de l'Education nationale au téléphone il y a plusieurs années.

LIRE AUSSI - Pédophilie : le rectorat de Rennes suspend un prof condamné en 2006

LIRE AUSSI - Viols en Isère : le gouvernement admet "un dysfonctionnement"

LIRE AUSSI - Isère : le directeur d'école a avoué des viols