Procès Viguier : un policier certain que le suspect ment

  • A
  • A
Procès Viguier : un policier certain que le suspect ment
Partagez sur :

Le policier responsable de l'enquête sur la disparition de l'épouse de Jacques Viguier est convaincu de la culpabilité du professeur de droit toulousain. Jeudi, au quatrième jour du procès devant la cour d'assises de Haute-Garonne, il a assuré être "sûr qu'il nous ment".

"On sait qu'il nous ment, on est sûr qu'il nous ment", a déclaré au moment de la garde à vue Robert Saby, responsable de la garde à vue de Jacques Viguier en 2000 après la disparition de sa femme.

Le policier a notamment insisté sur un moment de "tête-à-tête d'homme à homme" où Jacques Viguier est "redevenu un être sensible à ce qu'on lui dit" et non plus "un être à l'immense capacité de dénégation". Il raconte avoir dit au professeur de droit: "il faut aller chercher Susi pour qu'on puisse lui donner une sépulture et que tes enfants puissent aller poser des fleurs dessus. Tu as fait une connerie mais elle n'est pas volontaire".

A ce moment, selon M. Saby, Jacques Viguier lui demande de le laisser "réfléchir", fait deux pas en avant comme pour suivre les policiers puis s'arrête en disant: "non, ça va être trop dur d'avouer qu'on a tué". "Même s'il est stoïque aujourd'hui devant vous", dit M. Saby aux jurés en regardant Jacques Viguier droit dans les yeux, "il sait de quoi je veux parler".

Les six heures d'audition de M. Saby n'ont pu permettre à Jacques Viguier de s'exprimer sur l'affaire en fin de journée. Son témoignage est attendu vendredi, avec celui de l'amant de Suzanne Viguier, Olivier Durandet.

Suzanne Blanch-Viguier, professeur de danse de 39 ans a mystérieusement disparu le 27 février 2000. Elle était en instance de divorce, son corps n’a jamais été retrouvé. Des indices trouvés dans sa maison, tels que des taches de sang ou des objets personnels de la victime laissés sur place, ont fait peser de lourds soupçons sur son mari. Il a effectué neuf mois de détention provisoire, et comparaît libre depuis lundi devant la cour d'assises de Haute-Garonne.