Procès Stern : l'accusée demande pardon

  • A
  • A
Procès Stern : l'accusée demande pardon
Partagez sur :

Accusée du meurtre du banquier, Cécile Brossard a demandé pardon" à la famille, au premier jour du procès qui s’est ouvert à Genêve.

"Je voudrais demander pardon, mais on ne peut pas demander pardon pour quelque chose d'aussi abominable", a expliqué Cécile Brossard, accusée du meurtre d' Edouard Stern. Elle s'exprimait pour la première fois à l'adresse des enfants du richissime banquier devant la Cour d'assises de Genève.

Elle a vivement défendu son amant : "C'était un homme intelligent, raffiné, extraordinaire à tous égards", a insisté la jeune femme qui vient de passer quatre ans en prison. "Je ne veux pas que ce procès salisse sa mémoire mais seulement dire comment j'en suis arrivée là", a-t-elle ajouté.

Il aura fallu plus de quatre ans à la justice genevoise pour faire comparaître en Cour d'assises la Française Cécile Brossard, aujourd'hui âgée de 40 ans. Maîtresse d'Edouard Stern, elle est accusé de son meurtre le 28 février 2005, dans un procès qui s'est ouvert mercredi à Genève. Ses avocats plaident le crime passionnel passible de 10 ans de prison, soit la moitié de la peine encourue pour meurtre.

Après son arrestation en mars 2005, Cécile Brossard avait très vite avoué avoir abattu de quatre balles, tirées à bout-portant, son amant revêtu d'une combinaison de latex, cagoulé et chargé de liens. L'arme utilisée, qui appartenait à la victime, a été retrouvée sur les indications de l'accusée, dans le lac Léman où elle l'avait jetée.

Amaigrie, le teint hâve et la chevelure terne ramassée en chignon, Cécile Brossard n'était plus que l'ombre de la maîtresse sulfureuse du banquier quinquagénaire lors de sa seule comparution en public, en décembre 2007pour une audience de procédure. Depuis son placement en détention, elle a dû être internée plusieurs fois en hôpital psychiatrique pour des épisodes dépressifs jalonnés de tentatives de suicide, selon ses avocats.

La personnalité de la victime, 38e fortune de France et familier du gotha, alliée aux circonstances troubles de sa mort violente, n'ont cessé de fasciner depuis la découverte du corps du banquier à son domicile, un luxueux appartement du centre de Genève.

L'affaire a inspiré deux livres et des théories parfois très imaginatives faisant de Cécile Brossard le bras armé de complots politico-financiers.