Procès Fofana : 14 accusés seront rejugés en appel

  • A
  • A
Procès Fofana : 14 accusés seront rejugés en appel
Partagez sur :

La décision a été saluée par la famille d'Ilan Halimi, par le Conseil représentatif des institutions juives de France, et par le Grand Rabbin de France.

Quatorze complices de Youssouf Fofana dans l'affaire du meurtre aggravé d'Ilan Halimi en 2006 seront rejugés, probablement dans un délai d'un an, devant une cour d'assises. Le parquet général l'a annoncé lundi, dans l'après-midi, obéissant à une consigne de Michèle Alliot-Marie, et contre l'avis du magistrat qui représentait l'accusation au procès, Philippe Bilger, pour qui le verdict prononcé vendredi par la cour d'assises de Paris est "tout sauf indulgent".

"J'ai demandé au procureur général [...] de faire appel des condamnations inférieures aux réquisitions de l'avocat général", avait annoncé la ministre de la Justice à la sortie du conseil des ministres, en fin de matinée.

Une majorité des co-accusés de Youssouf Fofana sont concernés. Samir Ait Abdelmalek et Jean-Christophe Sombou, les deux "lieutenants" de Youssouf Fofana, ont respectivement été condamnés à quinze et dix-huit ans de réclusion alors que vingt ans étaient requis.Même scénario pour Emma, la jeune fille qui a servi d'appât pour piéger Ilan Halimi : elle a écopé de neuf ans de prison alors que le parquet demandait entre dix et douze ans de prison.

Cette décision a été saluée par la famille d'Ilan Halimi, mais également par le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), SOS Racisme, l'Union des étudiants juifs de France, et le Grand Rabbin de France, qui s'est "réjoui" de la décision de la Garde des Sceaux. Ruth Halimi, la mère d'Ilan, s'était déclarée "effarée", lundi matin sur Europe 1, par les condamnations prononcées vendredi soir pour les complices du principal accusé Youssouf Fofana.

La tonalité est différente chez les avocats de la défense et chez les syndicats de magistrats. Me Didier Seban, l'un d'eux juge que Michèle Alliot-Marie "a agi sous la pression", et l'explique au micro d'Alain Acco :



"Les réquisitions ont globalement été suivies", poursuit Me Françoise Cotta, avocate du gardien de l'immeuble où a été séquestré Ilan Halimi qui déplore la décision de Michèle Alliot-Marie, au micro Europe 1 de Pierre de Cossette :



> La mère d'Ilan Halimi "effarée" par le verdict