Procès Fiona : "Il me semble qu'on a fait la part belle à la manipulation et au mensonge"

  • A
  • A
Partagez sur :

Vingt ans de prison pour le beau-père et cinq ans pour la mère de la petite fille, un verdict qui ne satisfait pas le père de Fiona et son avocat.

Après quinze jours de procès, le verdict est tombé vendredi soir dans l'affaire de la mort de la petite Fiona. Son beau-père Berkhane Makhlouf est condamné à 20 ans de prison mais sa mère écope seulement de cinq ans. L'avocat général avait réclamé 30 ans de réclusion pour tous les deux. Un verdict dominé par "la manipulation et le mensonge" d'après Maître Charles Fribourg, l'avocat du père biologique de Fiona.

Cécile Bourgeon n'est pas reconnue coupable de violences volontaires. "On espérait que les jurés comprennent cette relation complexe. On n'est pas que sur les mots, on est également sur l'attitude qui a été expliquée, le comportement qui a été expliqué par les psychiatres et les psychologues. Il y avait la possibilité d'avoir une sanction morale et une sanction pénale." Mais les jurés ont considéré que seul Berkhane Makhouf était coupable de coups mortels sur la fillette. La mère, Cécile Bourgeon, est condamnée pour quatre délits mais acquittée pour les violences volontaires.

Un procès en appel en préparation ? "Il me semble qu'on a fait la part belle à la manipulation et au mensonge. Elle [la mère de Fiona] a pris le maximum des peines qu'elle pouvait encourir à l'exception de cette peine criminelle. Son acquittement partiel, me semble-t-il, est fondé sur un mensonge et une manipulation." Mais pour l'avocat, l'affaire ne s'arrêtera pas à cette condamnation. Il semble près à faire appel de ce jugement. "Il me semble, compte tenu du contexte et des réquisitions qui ont été faites, qu'un match retour s'annonce. Nous espérons faire triompher la vérité, l'honnêteté, le courage sur la manipulation est le mensonge."