Procès Fiona : "enfant insupportable", "help", le contenu des ordinateurs examiné

  • A
  • A
Partagez sur :

Mercredi, la cour d'assises du Puy-de-Dôme, devant laquelle sont jugés la mère et le beau-père de la petite Fiona, disparue en 2013, a entendu l'expert en informatique qui a analysé le contenu des ordinateurs des accusés.

Mercredi fut une drôle de journée aux assises de Riom. Avec la promesse d'un témoignage inédit. Depuis lundi, Cécile Bourgeon, la mère de Fiona, et son compagnon, Berkane Makhlouf, sont jugés à Riom pour "coups mortels" et "violences en réunion". En 2013, ils avaient d'abord fait croire à l'enlèvement de la petite fille de 5 ans, avant d'avouer qu'elle était en réalité décédée. Mais son corps n'a jamais été retrouvé.

Au troisième jour du procès devant la cour d'assises du Puy-de-Dôme, un témoin surprise devait s'exprimer sur le possible lieu de sépulture de Fiona, disparue en 2013. Ce témoignage qui avait un temps suscité l'espoir, s'est finalement révélé vain. Car en réalité, le témoin surprise était une médium et son témoignage, complètement fantaisiste, venait s'ajouter à la liste des témoignages farfelus qui se succèdent depuis le début de l'affaire. Une médium qui s'est même évanouie à la barre lorsque le président lui a demandé de rentrer chez elle.

"J'aime bien les sites qui aident les mamans". Au milieu de ces rebondissements, la cour a quand même pu entendre l'expert en informatique qui a analysé le contenu des ordinateurs du couple et les sites consultés les jours qui ont précédé ou suivi la mort de Fiona. Et ses découvertes restent extrêmement troublantes. Cécile Bourgeon consulte par exemple un forum de discussion du site Magic Maman après avoir tapé les mots clefs "enfant insupportable", "fessée", "hyperactif", "help". Des recherches pas anodines, aux yeux du tribunal.

Il y a aussi cette page étrange, pleine de schémas, montrant des bras d'enfants cassés ou démembrés. "Pourquoi consulter ce type de sites ?", demande le président. "J'aime bien les sites qui aident les mamans, il y a de la psychologie, des conseils", répond la mère de Fiona. Le président rétorque que les thèmes abordés sont "très particuliers". Sur le ton de l'évidence, Cécile Bourgeon avance qu'une amie avait un enfant qui s'était déboîté l'épaule, "alors qu'elle l'avait juste tirée par le bras". "Ça m'a intriguée, j'ai voulu en savoir plus", ajoute-t-elle. 

Des recherches sur l'affaire de la petite Typhaine. "Qui est cette amie ?", interroge le président.  "Oh, je ne sais plus, je ne connaissais que son prénom". Impossible donc de vérifier l'information, mais pendant la même période, Cécile Bourgeon fera d'autres recherches tout aussi troublantes, notamment sur l'affaire de la petite Thyphaine, 5 ans, dont les parents avaient fait croire à une disparition en 2009 et retrouvée plusieurs mois plus tard enterrée dans une forêt.