Première naissance en France grâce à une "autogreffe"

  • A
  • A
Première naissance en France grâce à une "autogreffe"
Partagez sur :

La jeune mère était devenue stérile après une chimiothérapie. Elle a bénéficié d’une autogreffe de "tissu ovarien".

Une jeune femme âgée de 23 ans, devenue stérile après une chimiothérapie intensive, a donné naissance lundi à une petite fille au CHU de Besançon. Elle est la première en France et la septième dans le monde a bénéficier de la technique dite d’"autogreffe de tissu ovarien".

Chez les hommes, les spermatozoïdes sont faciles à prélever et à congeler avant une chimiothérapie. Chez les femmes, les ovocytes sont peu nombreux et difficiles à collecter. D’où l’idée de prélever un ovaire pour recueillir des fragments du tissu ovarien, là où se trouvent les ovocytes. Cette patiente a dû prendre la décision alors qu’elle n’était âgée que de 20 ans.

Une fois la chimiothérapie achevée et la patiente guérie d’une maladie du sang dont elle souffrait depuis la petite enfance, le tissu ovarien congelé lui a été greffé en 2008, précisément à la place de l’ovaire prélevé. La jeune femme est ensuite tombée enceinte sans fécondation in vitro.

Le professeur Christophe Roux, qui a suivi cette jeune mère, explique la procédure au micro d'Anne Le Gall pour Europe 1 :



Sa petite fille, qui pesait 3,7 kg à la naissance, se porte bien. Un cas qui "offre un espoir aux patientes de préserver leur fertilité et d'avoir des enfants", a expliqué le professeur Christophe Roux.