Pourquoi le préfet Alain Gardère a-t-il été placé en garde à vue ?

  • A
  • A
Pourquoi le préfet Alain Gardère a-t-il été placé en garde à vue ?
Alain Gardère est directeur du Conseil national des activités privées de sécurité (CNAPS).@ GERARD JULIEN / AFP
Partagez sur :

Il est soupçonné de corruption et de trafic d'influence, notamment dans le cadre de ses fonctions aux aéroports de Roissy et du Bourget.

Le préfet Alain Gardère a passé la nuit en garde à vue dans les locaux de la police des polices. Sa garde à vue a été prolongée mercredi matin. Le directeur du Conseil national des activités privées de sécurité (CNAPS), l'organisme administratif qui chapeaute toutes les entreprises de sécurité, a été arrêté hier à 6 heures du matin, en même temps que quatre de ses proches. Il est soupçonné de corruption et de trafic d'influence.

Un homme influent. L’enquête a été ouverte en septembre dernier dans la plus grande discrétion, car ce préfet a de très bons réseaux au ministère de l'Intérieur. Alain Gardère a longtemps travaillé place Beauvau, comme directeur de cabinet du patron de la police nationale et comme directeur adjoint du ministre Claude Guéant. En 2011, pour le récompenser de sa fidélité, Nicolas Sarkozy l'a nommé préfet délégué à la sécurité à Marseille, puis aux aéroports de Roissy et du Bourget.

Des cadeaux en échange de services rendus ? C'est peut-être là que tout a basculé, au contact des grosses entreprises, des prestataires de service de la plateforme aéroportuaire ou des sociétés de sécurité privée qui avaient absolument besoin de son agrément. En 2015, quand le préfet Gardère a été nommé directeur de l'organisme administratif qui contrôle tout le secteur de la sécurité privé, des rumeurs ont commencé à circuler sur des services qu'il aurait pu rendre dans le cadre de ses fonctions en échanges de cadeaux, comme des billets d'avions en première classe sur une prestigieuse compagnie du Golfe.

Ces rumeurs étaient suffisamment étayées pour qu'un juge d'instruction soit chargé d'enquêter sur ces soupçons de corruption et de trafic d'influence. Selon les informations d’Europe 1, le PDG de l’une des plus grosses sociétés de Roissy est également en garde à vue.