Pour visiter un logement à Paris, mieux vaut avoir un nom français que maghrébin, selon une étude du CNRS

  • A
  • A
Pour visiter un logement à Paris, mieux vaut avoir un nom français que maghrébin, selon une étude du CNRS
6,5% des cas de discriminations rapportés au Défenseur des droits concernent l'accès au logement.@ JOEL SAGET / AFP
Partagez sur :

Une étude du CNRS montre que les personnes dont le nom a une consonance maghrébine ont moins de chances d'accéder au logement à Paris.

Pour visiter un logement à Paris, mieux vaut avoir un nom à consonance française que maghrébine, révèle une étude du CNRS basée sur un testing sur des centaines d'annonces immobilières du parc locatif privé, rendu public jeudi. Entre début avril et fin mai 2016, les chercheurs ont envoyé des messages à 504 annonces immobilières sous quatre profils différents : deux dont le patronyme renvoyait à une origine française, et deux dont le patronyme évoquait une origine maghrébine. Un candidat français et un candidat maghrébin indiquaient être fonctionnaires, laissant présumer d'une stabilité professionnelle et financière.

"Une aversion pour leurs origines". Les résultats sont sans appel : sur l'ensemble des annonces, le taux de réponse est de 42,9% pour le fonctionnaire français, contre 18,7% pour le français non fonctionnaire, 15,5% pour le fonctionnaire d'origine maghrébine et 12,9% pour le non-fonctionnaire d'origine maghrébine. "Ces résultats soulignent une discrimination forte et ce n'est pas lié à la capacité de payer des candidats mais à une aversion pour leurs origines", a souligné Yannick L'Horty, directeur de la fédération de recherche Travail, Emploi et Politiques Publiques du CNRS, en conférence de presse. 

La discrimination dans l'accès au logement. Le Défenseur des droits "est saisi régulièrement de cas de discriminations", dont 6,5% portent sur le logement, a déclaré Sarah Benichou, cheffe de l'unité Accès aux droits et discriminations du Défenseur des Droits, citant par exemple le cas "très fréquent" d'un jeune Guadeloupéen se voyant refuser une location car ses garants, ses parents, résident en outre-mer. Mais "ces saisines ne sont que la partie émergée de l'iceberg", regrette-t-elle, "les recours étant très faibles par rapport à l'ampleur des discriminations".



Les testings communiqués au procureur. "Nous avons besoin d'études qui permettent de renseigner (ce phénomène) pour faire de la pédagogie, travailler avec les professionnels et adapter les politiques publiques", a déclaré la ministre du Logement Emmanuelle Cosse, qui a noué des partenariats avec le Défenseur des droits et SOS Racisme, les soutenant financièrement pour de nouveaux testings. Dans un communiqué, la Maison des Potes a demandé que les résultats de ces testings soient communiqués au procureur de la République, soulignant que la discrimination raciale est un délit pénal punissable de 45.000 EUR et 3 ans de prison pour un particulier et de 225.000 EUR pour une agence immobilière.