Pour offrir du répit aux aidants, un rapport préconise d'expérimenter le "relayage"

  • A
  • A
Pour offrir du répit aux aidants, un rapport préconise d'expérimenter le "relayage"
Le rapport préconise de mieux encadrer le dispositif de relayage, déjà en vigueur au Canada.@ JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Partagez sur :

En France, 8,3 millions de personnes aident de manière régulière et à domicile un ou plusieurs de leurs proches pour raison de santé ou d'un handicap.

Pouvoir souffler pendant qu'un professionnel s'occupe nuit et jour de son proche malade ou âgé à son domicile. C'est ce qu'un rapport parlementaire rendu public mercredi préconise d'expérimenter avec le "relayage", un dispositif créé au Canada (et appelé "baluchonnage") visant à "donner un répit indispensable" à ceux qui assument la charge d'aidant familial.

Pallier "l'absence temporaire d'un aidant". Portée par la députée socialiste Joëlle Huillier, auteur du rapport, cette mesure "pallie l'absence temporaire d'un aidant et s'adresse à des personnes en perte d'autonomie pour lesquelles le changement d'environnement causerait une désorganisation importante et engendrerait une perte de repères". Ce "relayage" permet de quitter son domicile en laissant la personne que l'on accompagne aux soins d'un tiers en toute confiance. 

Difficultés de financement. Mais pour qu'il offre un réel bénéfice à l'aidant, il devrait être "d'au moins deux jours et une nuit soit 36 heures", note la rapporteuse. Sa mise en place se heurte par conséquent à plusieurs difficultés en terme de financement et de législation liée au travail, selon ce rapport remis à la secrétaire d'Etat en charge des personnes âgées, Pascale Boistard.

Préconisations pour la prochaine législature. "La réglementation en vigueur contraint actuellement à faire se succéder plusieurs relayeurs. Or, les personnes en perte d'autonomie ne peuvent voir se succéder plusieurs personnes sans d'importantes difficultés", est-il expliqué. Ainsi, la rapporteuse, qui a fait le tour des initiatives similaires proposées à titre expérimental dans une dizaine de structures de France, préconise la création d'un "comité de suivi" chargé de coordonner des actions menées sur trois territoires expérimentaux. Il faut que "pour la prochaine législature, le Parlement reprenne des travaux afin d'apporter les modifications législatives nécessaires à l'encadrement du métier de relayeur", préconise le rapport.

En France, 8,3 millions de personnes aident de manière régulière et à domicile un ou plusieurs de leurs proches pour raison de santé ou d'un handicap. Parmi elles, 4,3 millions de personnes aident un proche de 60 ans ou plus.