Le combat des parents de Maeva pour la sécurité des manèges

  • A
  • A
Le combat des parents de Maeva pour la sécurité des manèges
@ Capture Facebook - En mémoire de Maéva : changeons la législation sur les manèges
Partagez sur :

Leur fille de 13 ans est morte dans un accident sur une attraction de fête foraine en septembre. Ils étaient reçus mardi au ministère de l’Intérieur.

Leur fille, Maeva,  est morte à l’âge de 13 ans dans un manège. Depuis l’accident, survenu en septembre dernier, ses parents ont découvert l'état des attractions de fête foraine en France. Pour eux, la sécurité des manèges est devenue un combat. Ils ont lancé une pétition sur Change.org, pour appeler le ministre de l’Intérieur à agir, qui a déjà réuni près de 75 000 signatures. Les parents étaient reçus lundi par Bernard Cazeneuve place Beauvau et sont déterminé à mener leur lutte jusqu’au bout.  

>> LIRE AUSSI - Yvelines : une adolescente meurt dans un accident de manège

"Le contrôle technique était obsolète".  Le 7 septembre dernier, Maeva, est morte après avoir été éjectée d'un manège chenille dans une fête foraine au Château de Flins-sur-Seine, dans les Yvelines. Depuis, David et Sylvie se sont lancés à corps perdu dans ce combat. Ils ont découvert qu’un tiers des installations en France dataient d’au moins 40 ans. Un choc pour le père de l’enfant.  

"Quand on emmenait notre fille à la fête foraine, on pensait être en complète sécurité, que tout était en règle : on  était sur le domaine public", explique-t-il au micro d’Europe 1. "Avec l’accident, on s’est aperçu qu’il n’y avait absolument rien. Le contrôle technique était obsolète. On ne savait pas si le manège était assuré, on ne savait rien. Tout cela, montre qu’il y a vraiment un vide quelque part".

Vers un audit sur la qualité des contrôles. En réalité, les forains doivent détenir une autorisation délivrée par l’un des onze organismes de contrôle en France. Mais l’installation et le démontage des manèges est de leur seule responsabilité.

Lundi, le ministère de l’Intérieur s’est engagé à mener un audit sur la qualité des contrôles. Un guide des bonnes pratiques devrait aussi voir le jour. En attendant, la famille de Maeva, a recensé un autre accident le 30 décembre dernier, à Amiens, dans la Somme. Et elle déplore que le manège en question ait toujours l’autorisation de fonctionner.