Policier blessé : bientôt des changements pour les sorties des détenus ?

  • A
  • A
Policier blessé : bientôt des changements pour les sorties des détenus ?
@ LIONEL BONAVENTURE / AFP
Partagez sur :

La ministre de la Justice n'exclut pas, dans un communiqué publié mardi, de "modifier" les conditions de sorties des détenus. 

La ministre de la Justice, Christiane Taubira, n'a pas exclu mardi de "modifier" la loi sur les sorties de détenus après qu'un policier eut été grièvement blessé la veille en Seine-Saint-Denis par un braqueur évadé de prison à la faveur d'une permission.

Un rapport "précis" commandé par la ministre. "Les interrogations sont légitimes et j'ai commandé, dès hier, un rapport précis sur ce qui s'est passé à propos de la recherche de ce détenu", déclare-t-elle dans un communiqué, promettant de ne se ranger "ni derrière la fatalité, ni derrière l'erreur d'autrui". "J'examinerai s'il y a lieu de modifier la législation applicable aux sorties de détenus. En tant que ministre, ma responsabilité est aussi de tout faire pour que le suivi des détenus soit le plus serré et le plus adapté à la personnalité des individus", ajoute la garde des Sceaux.

Evasion et fiche "S". Lundi, un policier a été très grièvement blessé par balles au terme d'une course-poursuite avec deux braqueurs. L'un des braqueurs, qui a succombé à ses blessures, s'est avéré être un détenu qui "se trouvait en état d'évasion", selon le communiqué de la Chancellerie et faisait aussi l'objet d'une fiche "S" (sûreté) émise par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). 

Dernières modifications remontant à 2004. La ministre rappelle que "l'article 723-3 du code de procédure pénale, dont les dernières modifications remontent à 2004, régit les permissions de sortir et prévoit notamment que celles-ci peuvent être accordées pour permettre au condamné d'accomplir une obligation exigeant sa présence". Dans ce cas, elle "avait été décidée par le juge d'application des peines, juge indépendant, pour régler la succession du père du mis en cause, décédé peu auparavant", précise-t-elle.