Service des personnalités : un compromis trouvé sur les heures supplémentaires

  • A
  • A
Service des personnalités : un compromis trouvé sur les heures supplémentaires
Des membres du SDLP.@ DGPN-SICOP
Partagez sur :

La direction générale de la police vient de faire un geste envers le Service de la protection. Chaque policier bénéficiera de 2.300 heures à récupérer.

INFO EUROPE 1

On les appelle les "gardes du corps de la République". Selon nos informations, les policiers d’élite du Service de la protection (SDLP), notamment chargés de la sécurité des ministres et de nombreuses personnalités, viennent d’obtenir gain de cause. Chacun de ces policiers va obtenir 2.300 heures à récupérer. Depuis des mois, ils se battaient pour que leurs heures supplémentaires soient réellement comptabilisées, ce qui n'était pas le cas jusqu'à présent. Certains avaient même porté plainte, notamment pour "faux".

500 policiers concernés. Ils vont bénéficier de l’équivalent d’un an et demi de congés, d’un seul coup sur leur compte épargne-temps. La mesure est exceptionnelle et d’après nos informations, elle concerne 500 policiers du Service de la protection. 500 policiers multiplié par 2.300 heures, cela donne donc plus d’un million d’heures supplémentaires qui leur sont directement accordées. Le chiffre peut sembler énorme, mais il faut savoir que dans ce service, ces policiers d’élite ont déjà un stock de près d’un million et demi d’heures supplémentaires !

Pourquoi une telle situation ? Si les chiffres sont si élevés c'est que depuis un an et demi environ, le nombre de missions de ces policiers d'élite a explosé. Avec le contexte terroriste, il y a de plus en plus de personnalités à protéger et dans le même temps, la direction ne comptabilisait pas toutes leurs heures supplémentaires. Résultat : douze d’entre eux ont fini par porter plainte et pour régler la crise, tous ont obtenu 2.300 heures supplémentaires.

Problème, il semble difficile de comprendre comment ils vont pouvoir les poser en jour de congés. Surtout, cela va inévitablement susciter des jalousies dans d’autres services, quand on sait à quel point les heures supplémentaires sont un casse-tête dans la police. Tout services confondus ce sont en effet 20 millions d'heures qui sont à récupérer.