Plus de 10.000 manifestants en Guyane pour la "journée morte"

  • A
  • A
Plus de 10.000 manifestants en Guyane pour la "journée morte"
Les manifestants défilaient en chantant, dans une ambiance bon enfant.@ Jody Amiet / AFP
Partagez sur :

Avec plus de 10.000 personnes dans les rues, la préfecture estime qu'il s'agit de "la plus grosse manifestation jamais organisée" en Guyane.

Plus de 10.000 manifestants battaient le pavé mardi à Cayenne et Saint-Laurent-du-Maroni pour la "journée morte" marquant le deuxième jour de la "grève générale illimitée" en Guyane. La mobilisation a été qualifiée d'"historique" par des marcheurs. "Je n'ai jamais vu autant de monde sortir dans la rue", a remarqué l'un d'eux. La préfecture confirmait ensuite qu'il s'agissait de "la plus grosse manifestation jamais organisée" sur le territoire.

Alors que 250.000 personnes vivent en Guyane, la préfecture a comptabilisé respectivement 8.000 et 3.500 participants dans ces deux villes, les deux plus grandes du territoire. Dans Cayenne, l'avenue de Gaulle, qui mène au centre historique, était noire de monde à 10H00 (15H00 heure de Paris). Les manifestants défilaient en chantant, dans une ambiance bon enfant.

Les "500 frères" en première ligne. Beaucoup de drapeaux guyanais étaient brandis, ainsi que des banderoles reprenant le slogan "nou bon ké sa" - "ça suffit" en créole guyanais - qui a fleuri ces derniers jours sur les nombreux barrages installés dans les villes du territoire. Les "500 frères", un mouvement de citoyen créé récemment pour lutter contre "l'insécurité en Guyane", composé d'hommes toujours cagoulés, a ouvert le cortège, suivi d'un groupe amérindien.

"Du boulot pour tout le monde". "Nous voulons que l'Etat nous donne les moyens. Ca fait trop longtemps que ça dure, l'Etat doit reconnaître la population guyanaise", a affirmé une manifestante. Un autre a réclamé un "plan de développement pour qu'il y ait du boulot pour tout le monde", "parce que ce n'est pas le cas et ça le sera de moins en moins".

37 syndicats réunis au sein de l'Union des travailleurs guyanais (UTG) ont voté samedi à la quasi-unanimité en faveur d'une "grève générale illimitée", à partir de lundi. La première journée de ce mouvement avait toutefois été marquée par une mobilisation très timide.