Plus d'espoir après le naufrage au large de Saint-Tropez

  • A
  • A
Plus d'espoir après le naufrage au large de Saint-Tropez
Partagez sur :

Les opérations de recherches engagées depuis samedi au large de Saint-Tropez (Var) pour retrouver des survivants après le naufrage d'une vedette ont été suspendues.

Les opérations de recherches engagées depuis samedi au large de Saint-Tropez (Var) pour retrouver des survivants après le naufrage d'une vedette avec quatre personnes à bord, ont été suspendues dimanche soir, a annoncé la préfecture maritime de Méditerranée. Seul le corps d'une passagère, née en 1972, a été repêché samedi soir.

"Les moyens de patrouille quotidiens effectueront dans les jours à venir une surveillance accrue dans la zone de recherche" afin de tenter de retrouver les corps des trois autres passagers, le pilote de la vedette né en 1980 et habitant une caravane à Grimaud, un homme né en 1971 et un habitant de Cogolin né en 1979. Dimanche matin, l'adjoint au préfet maritime avait déclaré que l'espoir de retrouver des survivants était mince.

La vedette retournée, qui avait été retrouvée samedi soir a été à nouveau localisée dimanche à 25 nautiques (45 km) des côtes et des moyens de la gendarmerie s'efforçaient de la récupérer pour la ramener à terre.

Selon un témoin entendu par les gendarmes, la vedette avait quitté la plage de Pampelonne à Ramatuelle, près de Saint-Tropez (Var) vendredi soir. En raison des conditions météo délicates, le pilote aurait demandé à des amis, une femme et deux hommes, de l'accompagner pour rejoindre son port d'attache, les Marines de Cogolin (Var). Les quatre personnes embarquées sur la vedette sont toutes de nationalité française. Le pilote est employé d'une société qui propose aux vacanciers de Pampelonne des séances de ski nautique. Tous les jours, la vedette rapide, équipée d'un moteur de 300 CV, quittait les Marines de Cogolin pour rejoindre la baie de Pampelonne.