Plainte de la mairie de Calais après l'apparition d'un squat de migrants

  • A
  • A
Plainte de la mairie de Calais après l'apparition d'un squat de migrants
Aucun squat de migrants n'est autorisé depuis le démantèlement de la "Jungle". @ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

La mairie de Calais a porté plainte après l'installation d'un campement de migrants sur un terrain municipal. Depuis le démantèlement de la "Jungle", aucun squat n'est autorisé.

La mairie de Calais a porté plainte contre X pour "installation en réunion sur un terrain appartenant à autrui", en l'occurrence un terrain municipal, après la découverte d'un squat de migrants, a indiqué mercredi la mairie. "Des migrants séjournaient la nuit sous des modulaires appartenant à la ville de Calais, route de Saint-Omer, et mis à la disposition du Secours catholique", a détaillé Emmanuel Agius, premier-adjoint à la ville de Calais, confirmant une information de La Voix du Nord.

"Aucun campement autorisé". "Il y avait des sacs de couchage qui laissaient supposer qu'une habitation allait y être installée, et même si c'était de manière temporaire, depuis le démantèlement (de la "Jungle" à l'automne dernier, ndlr), il n'y a aucun campement qui est autorisé sur le Calaisis", a déclaré Faustine Maliar, directrice de cabinet adjointe de la maire de Calais, Natacha Bouchart (LR). La plainte a été déposée le 31 janvier au commissariat de Calais, selon la mairie.  

Accueil de migrants par le Secours populaire. "Toute personne entravant un lieu privé de manière illicite" peut faire l'objet d'une plainte, a ajouté Emmanuel Agius, précisant qu'il s'agissait "d'une procédure régulièrement employée en cas de soupçon de squat". "Dans ces modulaires, le Secours catholique reçoit les migrants pour leur délivrer des renseignements administratifs etc., mais l'association n'est pas autorisée à héberger des migrants dans ces modulaires", a insisté Emmanuel Agius, précisant que les migrants n'occupaient plus le lieu mercredi. 


"Ce n'était pas un squat, mais un abri : les migrants, essentiellement des mineurs, s'abritaient sous les modulaires en attendant l'ouverture du lieu d'accueil. Nous n'avons jamais hébergé personne à l'accueil de jour, ce sont des exilés vulnérables qui viennent la journée se reposer, boire un thé, se renseigner..." a réagi Vincent De Coninck, chargé de mission au Secours Catholique, qui dénonce "une chasse" aux exilés.