Piétonisation des quais de Seine : Hidalgo entend lutter contre la pollution de l'air

  • A
  • A
Piétonisation des quais de Seine : Hidalgo entend lutter contre la pollution de l'air
Les quais de Seine de Paris Plages ne rouvriront pas.@ ETIENNE LAURENT / AFP
Partagez sur :

La maire de Paris entend aller outre l'avis défavorable d'une commission d'enquête publique, dans le but de lutter contre la pollution de l'air dans la capitale.

Fermés pour Paris Plages, les quais bas rive droite ne rouvriront pas. La maire PS de la capitale Anne Hidalgo, qui ne "reviendra pas en arrière" sur la piétonisation des berges rive droite, critiquée, affirme qu'elle présentera dans un an un bilan d'étape, dans un entretien au Journal du dimanche. "Notre administration n'est pas fermée au dialogue, ni sourde face aux critiques, surtout constructives", déclare Anne Hidalgo, "mais nous ne reviendrons pas en arrière". "Nous étudierons les résultats des enquêtes et nous ajusterons si besoin", dit-elle. 

Un rapport dans un an sur la qualité de l'air. Pour lutter contre la pollution de l'air, Anne Hidalgo a récemment annoncé qu'elle passerait outre l'avis défavorable d'une commission d'enquête publique sur la piétonisation, à la rentrée, des voies sur berges rive droite, sur 3,3 km, au cœur de la capitale. "Nous irons au vote le 26 septembre" lors du Conseil de Paris, a ajouté la maire de la capitale, qui "ne (se fait) aucun souci sur l'issue de la délibération" car elle a "une majorité très soudée sur ce sujet". "Au bout d'un an, je présenterai un bilan d'étape objectif, tant en matière de qualité de l'air que de reports de circulation, au Conseil de Paris et aux élus métropolitains. Et vous verrez alors que cette piétonisation sera devenue une évidence et que personne ne voudra revenir dessus", ajoute-t-elle.

Améliorer les transports en commun. Pour Anne Hidalgo, le Conseil régional d'Ile-de-France dirigé par Valérie Pécresse (Les Républicains), critique du projet, "doit lui aussi se décider à agir contre la pollution et prendre ses responsabilités. Il est en retard sur le sujet", dit-elle en demandant l'amélioration des transports en métropole et grande couronne. La maire de Paris attend encore l'avis du préfet de police. Il dira lors du Conseil de Paris "quelle est sa position sur le sujet mais je suis optimiste", dit-elle. Par ailleurs, elle a demandé qu'on aille "vers une ouverture du métro 24h/24".