Petite enfance, alimentation, formation... ce que contiendra le "plan anti-pauvreté" de Macron

  • A
  • A
Petite enfance, alimentation, formation... ce que contiendra le "plan anti-pauvreté" de Macron
Emmanuel Macron devrait présenter le détail de son plan en juillet (photo d'illustration). @ Ludovic MARIN / AFP
Partagez sur :

Le président doit présenter son plan de lutte contre la pauvreté, mi-juillet. "L'essentiel est prêt" a assuré l'un de ses proches au JDD, qui dévoile de premières mesures, dimanche. 

"Beaucoup des soutiens du candidat expriment la crainte d'un recentrage à droite motivé par la tentation d'occuper le terrain politique laissé en friche par un parti Les Républicains en crise." Le constat vient d'être posé par trois économistes qui ont inspiré la campagne d'Emmanuel Macron, inquiets que sa politique sociale ne soit déséquilibrée. Parfois taxé de "président des riches", le chef de l'État tentera d'y remédier grâce à son plan de lutte contre la pauvreté, qui devrait être présenté dans la première quinzaine de juillet, selon le JDD. "Il reste quelques grands arbitrages mais l'essentiel est prêt", a confié un proche du président au journal, qui dévoile dimanche les premières mesures que comportera ce plan. 

Tarification progressive dans les cantines. Parmi les mesures déjà arbitrées figurent une nouvelle aide de l'État pour la garde des enfants issus des familles les plus défavorisées, mais aussi l'automatisation du versement des minima sociaux, afin de s'assurer que tous les foyers qui peuvent y prétendre en bénéficient réellement. Pour cela, le gouvernement instaurera un système de "bonus-malus" pour les administrations versant ces aides, selon la députée LREM Aurore Bergé. Le JDD indique en outre que l'exécutif envisage l'idée d'une "aide sociale unique", sorte de "revenu de base", pourtant rejeté par le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux il y a quelques jours.  

Accès universel aux crèches. Concernant la petite enfance, le maire d'Arras Frédéric Leturque, consulté par Emmanuel Macron, se dit auprès du Journal du Dimanche "quasiment sûr" que l'accès universel aux crèches sera inscrit dans le plan. Un "bonus-malus" pourrait également être mis en place pour forcer les structures d'accueil à plus de mixité sociale. Côté alimentation, Emmanuel Macron devrait annoncer la mise en place d'un petit-déjeuner gratuit dans certaines écoles, voire certains collèges, ainsi que des tarifs progressifs dans les cantines scolaires. Pour les jeunes, le gouvernement entendrait allonger la période de formation - et non de scolarisation - obligatoire jusqu'à 18 ans, et tester des dispositifs de garantie de ressources "sous conditions". Le dispositif "zéro chômeur", dont le bilan est pour l'instant plutôt positif, pourrait être étendu à davantage de territoires.