Perquisition au domicile de l'auteur de l'attaque de Marseille : "On se serait cru dans un film"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le domicile de l'homme qui a tué deux femmes dimanche à Marseille a été perquisitionné mardi sous les yeux d'une de ses voisines. "Ils ont tout pris", raconte-t-elle à Europe 1.

Après les cinq interpellations de mardi, les gardes à vue se poursuivent mercredi à Marseille, dans l'enquête sur l'attaque au couteau qui a fait deux morts à la gare Saint-Charles dimanche. Les enquêteurs ont également à leur disposition les éléments recueillis lors d'une série de perquisitions menées lundi. Ils ont notamment fouillé le domicile du principal mis en cause, un Tunisien de 29 ans abattu après avoir tué deux jeunes femmes.

Un voisin poli, rasé de près. L'homme louait un studio d'un petit immeuble du centre de Marseille, dans le quartier populaire de Saint-Mauront. Il occupait un petit studio du premier étage depuis quelques mois, à en croire ses voisins, qui décrivent un homme poli, qui disait bonjour, rasé de près, sans signe distinctif particulier. Son nom figure sur la boîte aux lettres. Il recevait parfois des amis.

Ils ont sorti tout ce qu'il y avait dans la maison : des habits, des baskets, les shampooings…

Mardi soir la police a perquisitionné les lieux pendant de longues heures et fouillé de fond en comble son logement sous les yeux de Nadia. Cette voisine a assisté aux fouilles minutieuses avant de signer le procès-verbal de perquisition. "On se serait cru dans un film. Ils ont sorti tout ce qu'il y avait dans la maison : des habits, des baskets, les shampooings… Ils ont tout pris", raconte-t-elle au micro d'Europe 1.

marseille

©Nathalie Chevance/Europe 1

Grand sac noir. Les enquêteurs ont notamment mis la main sur un grand sac noir, a priori celui que le tueur portait lorsqu'il a été filmé par les caméras de vidéosurveillance de la Gare Saint-Charles à la veille de l'attaque. "Il y avait des habits dedans", décrit Nadia. "Ils ont tout sorti et tout pris en photo jusqu'à la brosse à cheveux. Ils ont sorti les puces des téléphones. Je n'ai pas vu d'armes."

La perquisition s'est achevée aux alentours de minuit. Quant au propriétaire du petit immeuble, il doit être entendu dans la journée par les enquêteurs.