Pénurie de carburant : les compagnies aériennes priées de faire le plein à l'étranger

  • A
  • A
Pénurie de carburant : les compagnies aériennes priées de faire le plein à l'étranger
Les compagnies aériennes ont été priées de faire le plein à l'étranger et non en France.@ ERIC FEFERBERG / AFP
Partagez sur :

Pour éviter une paralysie du trafic aérien, les compagnies aériennes sont priées de faire leur plein à l'étranger avant d'atterrir en France.

Alors que le blocage des raffineries par la CGT se poursuit vendredi, la situation commence à inquiéter dans les aéroports. On y craint de se retrouver dans la même situation que les 12.000 stations-services de France, entre rupture totale ou partielle des stocks. Il reste dans les cuves des aéroports entre quatre et six jours de réserve de kérosène. Une grosse livraison est attendue dans les heures qui viennent mais des solutions de repli sont déjà mises en place.


>> Carburant : la carte de France des stations où il reste du carburant, c’est par ici 

Le plein à l'étranger. C'est une manœuvre de contournement assez classique lors d'une pénurie d'essence. La direction générale de l'aviation civile demande aux compagnies d'éviter de faire le plein en France. On appelle ça la stratégie du "double emport". Il s'agit d'une part de ne pas se faire piéger par des réserves insuffisantes, et d'autre part, de préserver les stocks français autant que possible. Pour un avion qui ferait l'aller-retour Paris-Berlin par exemple, le commandant de bord doit faire le plein à Berlin, alors qu'en temps normal il aurait attendu de rentrer à Paris. La mesure a débuté pour les compagnies qui atterrissent à Rennes, Nantes et Lyon. Elle s'est élargie vendredi aux aéroports de Roissy, Orly, Beauvais, Bordeaux, Nice, Marseille, Toulouse, Figari et Dinart.

Une mesure déjà prise en 2010. Cette stratégie du "double emport" n'a rien d'exceptionnel. Elle a déjà été pratiquée en 2010, lors du dernier mouvement de blocage des raffineries. C'est donc plus une mesure de précaution, bien encadrée par la direction générale de l'aviation civile. Mais elle a un coût pour les compagnies, obligées de faire le plein dans des endroits où rien n'a été planifié alors que tout avait été réservé à Paris. Pour les usagers, en revanche, il n'y aura pas d'impact sur les prix.