Pédophilie : le ministère de l'Education fait le ménage

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

En 2016, trente radiations liées à des cas de pédophilie ou de pédo-pornographie ont été décidées par le ministère de l'Education Nationale.

Le ministère de l'Education Nationale joue la transparence et fait le ménage parmi ses agents pour écarter les risques de pédophilie et de maltraitance. En 2016, trente agents ont été radiés de leurs fonctions pour des affaires de mœurs, indique jeudi matin le ministère. C'est un peu plus que les années précédentes : il y en avait eu 27 en 2015, 19 en 2014 ou encore 15 en 2012.

Dix agents suspendus. L'État a également annoncé que dix agents de l'Education Nationale avaient été suspendus de leur fonctions car leur casier judiciaire contient des condamnations pour faits de violence ou de mœurs sur mineurs.

Vérifier 850.000 casiers judiciaires. Depuis 2015 et une affaire de viol qui avait fait grand bruit car l'enseignant mis en examen avait déjà été condamné auparavant pour recel d'images pedo-pornographiques, sans que l'Education Nationale en soit informée, l'institution s'était engagée à améliorer la transmission des informations entre la justice et ses propres services, et à vérifier les casiers judiciaires de ses 850.000 agents.  

"Limiter les défaillances". "Dix cas c'est beaucoup, indéniablement. Mais ce qu'il faut dire aux parents c'est qu'aujourd'hui les procédures sont là pour limiter le plus possible les défaillances humaines et pour faire en sorte que quand il y a eu condamnation nous en soyons informés, nous réagissions pour éloigner les individus concernés des élèves", a expliqué la ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem.

Les cas étudiés devant une commission. En attendant que leur avenir professionnel soit tranché en commission disciplinaire, ces agents ont dû quitter leur poste. Deux d'entre eux au moins ont été définitivement révoqués de l'Education Nationale car leur condamnation concernait des actes de pédo-pornographie alors que dans d'autres cas, quand il s'agit d'affaire de moeurs avec des adultes, l'exclusion peut être temporaire.

Douze académies sur trente. Après ce premier bilan, le contrôle des casiers judiciaires doit se poursuivre jusqu'en décembre 2017. Pour le moment, le personnel de douze académies sur trente a été contrôlé.