Pédophilie : le diocèse d'Orléans ouvre une cellule d'écoute

  • A
  • A
Pédophilie : le diocèse d'Orléans ouvre une cellule d'écoute
@ PASCAL PAVANI / AFP
Partagez sur :

L'évêque d'Orléans, Jacques Blaquart, a créé une cellule d'écoute unique en France pour venir en aide aux victimes de prêtres pédophiles.

Alors que l'Eglise a encore tendance à faire profil bas sur les cas de pédophilie, l'évêque d'Orléans a décidé d'agir et de le faire savoir. Jacques Blaquart, a créé une cellule d'écoute unique en France pour venir en aide aux victimes de prêtres pédophiles, a annoncé le diocèse, qui a lancé mardi une campagne d'affichage dans toutes les églises du Loiret.

Une opération baptisée "Ecoute des blessures". "Des personnes ont été ou sont victimes d'agressions sexuelles de la part de responsables d'Eglise. Leur souffrance est de longue durée. Une équipe d'accueil peut, au nom de l'évêque, entamer avec elles un dialogue et chercher un chemin d'avenir", peut-on lire sur cette affiche. Intitulée "Ecoute des blessures", l'affiche mentionne un numéro "vert" de téléphone et une adresse électronique, qui renvoient vers une cellule d'écoute.

"L'idée a été lancée par l'évêque il y a plus d'un an, à la suite d'une rencontre avec une victime d'agression sexuelle. Il a été profondément touché par ses souffrances, y compris au plan spirituel, et par sa douleur de ne pas pouvoir en parler, qui vient s'ajouter aux faits en eux-mêmes", a expliqué le directeur de la communication du diocèse, Jean-Pierre Evelin. L'évêché souhaite à présent faire connaître davantage auprès des fidèles cette "cellule d'écoute", mais celle-ci est opérationnelle depuis quelques mois, donc bien avant les dernières révélations sur des affaires de pédophilie dans le diocèse de Lyon, souligne Jean-Pierre Evelin.

Une expérimentation qui pourrait en inspirer d'autres. La structure se compose de six bénévoles, dont un psychologue, un prêtre, un diacre et une infirmière. A ce jour, quatre appels ont été reçus. "Les personnes se voient proposer des rendez-vous et une aide psychologique extérieure si nécessaire. Souvent, les faits sont très anciens, car les victimes mettent très longtemps à parler. Mais en cas de signalement de faits récents, l'évêque saisira la justice", assure le directeur de la communication. 

Lors de la dernière assemblée plénière des évêques de France mi-mars à Lourdes, Mgr Blaquart a évoqué le fonctionnement de cette cellule de veille avec ses homologues, a précisé le diocèse. Ceux-ci se sont montrés "très intéressés" et pourraient s'inspirer de l'expérience orléanaise.