Pays basque : le bébé britannique retrouvé mort a été étouffé

  • A
  • A
Pays basque : le bébé britannique retrouvé mort a été étouffé
La mère du bébé, une Britannique de 42 ans, est toujours internée en psychiatrie.@ KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :

"L'autopsie conclut à une asphyxie mécanique qui correspond aux gestes décrits par la mère", a indiqué le procureur de la République de Bayonne.

L'autopsie pratiquée sur le bébé de cinq mois retrouvé mort le 4 septembre dans un gîte rural des Pyrénées-Atlantiques où séjournait sa famille, des touristes britanniques, a confirmé mercredi que l'enfant avait été étouffé, comme l'a décrit sa mère qui est toujours internée en psychiatrie, a-t-on appris de source judiciaire.

"Apposition de la main sur la bouche de l'enfant". "L'autopsie conclut à une asphyxie mécanique qui correspond aux gestes décrits par la mère", c'est-à-dire "l'apposition de la main sur la bouche de l'enfant", a indiqué le procureur de la République de Bayonne, Samuel Vuelta Simon. Aucune trace d'étranglement ou d'autres lésions n'ont été mises en évidence sur le corps de l'enfant, a-t-il précisé.

Le bébé retrouvé dans le lit où il dormait avec la mère. La mère du bébé, une Britannique de 42 ans originaire de la banlieue de Londres, avait été interpellée samedi matin, puis placée en garde à vue à Bayonne après que son bébé de cinq mois eut été retrouvé mort, dans le lit où il dormait avec la mère, dans un gîte de Saint-Pée-sur-Nivelle.

La famille, composée des deux parents et de deux enfants âgés de deux ans et demi et de cinq mois, y séjournait depuis une semaine. Le père, qui avait quitté la chambre tôt ce matin-là, avait par la suite découvert le corps dans vie du nourrisson après 9h, et donné l'alerte. Les secours n'avaient pu ranimer le bébé, les gendarmes s'étaient rendus sur place, et un médecin-légiste mandaté par le Parquet de Bayonne avait constaté la mort "suspecte" de l'enfant.

La mère internée. L'état de la mère, examinée par un médecin psychiatre dans le cadre de sa garde-à-vue, avait justifié son hospitalisation dans un service psychiatrique dimanche soir.