Paris-Plages : la justice enquête sur des soupçons de favoritisme

  • A
  • A
Paris-Plages : la justice enquête sur des soupçons de favoritisme
@ FRANCOIS GUILLOT / AFP
Partagez sur :

Une information judiciaire est ouverte sur des soupçons de "favoritisme" et "recel de favoritisme" dans le cadre de ses éditions 2012 et 2013.

Sur les PV d'instruction, Paris-Plages ? Une enquête concernant le financement d'une partie des travaux d'aménagement des berges de la Seine pour ses éditions 2012 et 2013 est actuellement menée par un magistrat instructeur, a appris jeudi l'AFP de source judiciaire.

Des soupçons depuis 2015. L'information judiciaire a été ouverte le 8 décembre pour "favoritisme" et "recel de favoritisme" par le parquet de Paris, après qu'une enquête préliminaire ait été déclenchée en 2015, a précisé cette même source. Les investigations ont été confiées à la brigade de répression de la délinquance économique (BRDE) de la police judiciaire.

La mairie de Paris perquisitionnée. Mercredi, une perquisition a été menée dans les locaux de la mairie de Paris, selon une source proche du dossier qui confirme une information du Parisien. Cette enquête fait suite à un rapport de la Chambre des comptes (CRC) d'Ile-de-France, publié en septembre 2015, qui pointait de "sérieux dysfonctionnements" dans la gestion de l'opération dont on ignorait "le coût réel".

Des factures payées par des prestataires privées. Dans ce rapport, la CRC constatait qu'une partie des factures pour les structures, décors et aménagements avait été réglée en 2012 et en 2013 par des partenaires privés, ce qui avait "faussé" le bilan financier et pourrait contrevenir au code des marchés publics. L'information judiciaire "permettra de préciser si ce mécanisme utilisé sous la précédente mandature était régulier", a réagi jeudi la mairie dans un communiqué, soulignant que "la réalité des prestations effectuées" n'était nullement remise en cause.

Après le rapport de la chambre régionale des comptes, "la Ville de Paris a veillé à tenir compte des exigences formulées (...) et les factures directement imputables à l'organisation de Paris Plages sont désormais intégralement réglées par la collectivité", a-t-elle encore indiqué.