Paris : ils repassent leur linge en public pour l'égalité des tâches ménagères

  • A
  • A
Paris : ils repassent leur linge en public pour l'égalité des tâches ménagères
Des hommes ont repassé leur linge en public à Paris pour l'égalité des tâches ménagères.@ OLGA MALTSEVA / AFP
Partagez sur :

Des hommes ont repassé leur linge en public, samedi à Paris. Le but de l'opération était de "rappeler que les tâches ménagères est une des inégalités les plus répandues".

Le fer à repasser est devenu une nouvelle arme pour militer. Des hommes ont repassé leur linge en public, samedi à Paris, afin de dénoncer l'une "des inégalités les plus répandues". Avec cette initiative, menée chaque année avant la fête des mères, "on a pris le parti de s'adresser à l'homme non militant, non conscientisé, monsieur tout-le-monde", explique Frédéric Robert, cofondateur de Zéromacho.

Ce collectif masculin, défenseur de l'égalité entre hommes et femmes, s'invite dans la rue pour "rappeler que les tâches ménagères est une des inégalités les plus répandues". "On attend culturellement des femmes qu'elles s'en occupent", développe son représentant.



"Homme ne te froisse pas, repasse !" "Libérez les femmes de leurs fers!", crie à ses côtés Olivier Manceron, devant une table à repasser. "Il faut que la honte gagne les hommes, ce sera le premier pas vers une nouvelle ère", rapporte-t-il. En attendant, peu d'hommes s'arrêtent pour discuter. Au mieux jettent-ils un regard rapide vers les pancartes déployées: "Homme ne te froisse pas, repasse !", "des hommes osent le fer!", "pour la fête des mères, offrez-lui l'égalité". De fait, quand il est question de ce sujet, "les hommes se mettent immédiatement dans une situation défensive", selon M. Robert.

Zéromacho, fondé en 2011 autour de la lutte contre la prostitution, s'en prend par ailleurs à la "répartition traditionnelle" des tâches qui se résume, selon le tract distribué aux passants, à "tondre le gazon pour nous, récurer les toilettes pour elles". Il y a les tâches "valorisantes que les hommes veulent bien faire", comme "le bricolage, s'occuper des enfants, cuisiner quand les amis sont là", détaille M. Robert. Et il y a celles "ingrates, répétitives et qui ne se voient pas" (nettoyage, repassage...) que les hommes ignorent, selon lui.